eyes

Être et "ne pas être" selon les trois visages de Dieu

back to home pdf share

 

Les yeux, deux petits projecteurs

Pour entrer en contact avec une autre personne, la première chose que je recherche souvent est son regard. J'essaie de lire son visage. Comme beaucoup de gens, en raison de la pandémie de corona, cachent leur visage sous un masque, il ne reste souvent que les yeux pour établir le contact. Les yeux ne peuvent pas cacher autant que les mimiques faciales. Le contact oculaire est plus direct, plus intègre et plus ouvert. En général, le visage joue un rôle important lorsqu'il s'agit de percevoir l'autre, de communiquer quelque chose ou de focaliser l'attention.

Les yeux sont très spéciaux. Ils ne peuvent rien cacher. Ils sont le point d'attraction particulier de notre visage pour les autres et, pour nous, ils sont les fenêtres par lesquelles nous regardons vers l'extérieur pour saisir les choses et, en même temps, ils éclairent le monde qui nous entoure comme s'il s'agissait de deux petits "projecteurs". Leur vigilance est souvent le point de départ d'expériences.

Quand les yeux regardent vers l'intérieur

Les yeux peuvent faire plus que cela. Ils peuvent être fermés pour regarder à l'intérieur. Il y a là d'autres mondes dans lesquels nous nous promenons parfois avec joie, avec anxiété, avec tristesse, ou parfois avec beaucoup de nostalgie. Les yeux sont liés à la perception. La perception crée la connexion, d'où naissent le mouvement et la dynamique, le début de toute activité créative.

En y regardant de plus près, les êtres humains vivent dans de nombreux mondes, et chacun d'entre eux possède sa propre réalité. Ces mondes ne sont pas toujours beaux. Parfois, on y entre en cherchant avec nostalgie, en errant à travers eux comme dans les pièces d'une grande maison. Quelque chose, profondément ancré en nous, nous pousse à aller de l'avant. Ou encore, on essaie de s'échapper de ces mondes pour en construire de meilleurs. C'est le sujet des films et des livres de fiction.

Les mondes nouveaux, apparence ou réalité

Au début des années 70, le film Le Monde sur un Fil du cinéaste allemand Rainer Werner Fassbinder est sorti. Le personnage principal, qui développe un monde virtuel sur ordinateur, réalise peu à peu qu'il n'est lui-même qu'une partie d'un monde virtuel. Ses amis et collègues le prennent pour un fou, mais inébranlablement, il rassemble des preuves factuelles pour sa thèse et finit par rencontrer une femme qui fait office de lien avec le monde réel et confirme tous ses soupçons. C'est dans le cadre d'une histoire d'amour qu'il transfère finalement sa conscience vers son créateur originel avec l'aide de cette femme, et s'échappe ainsi du monde artificiel. Mais pour cela, il doit mourir dans ce monde.

De nombreuses indications dans la science, la religion et l'art montrent que notre monde n'est une réalité absolue pour nous que si nous y croyons fermement. Dans le livre Le monde de Sophie de Jostein Gaarder, Sophie apprend qu'elle n'est que la protagoniste de l'histoire d'un auteur. Sophie doit se libérer du livre de l'auteur en inversant l'histoire et en entrant dans le monde des idées en tant que Sophie, la sagesse, en tant que forme éternelle. Il s'agit des questions fondamentales de l'humanité : "qui suis-je ?" et "quel est ce monde dans lequel je vis ?"

La recherche de l'origine

De tels thèmes exercent une grande fascination, car nous portons en nous la connaissance de notre existence dans des mondes illusoires et la recherche de la vérité. Les mythes et les récits de la Création montrent de manière impressionnante à quel point cette recherche peut être diverse. Leur point commun est qu'ils donnent à l'homme une idée de son origine.

Les récits de la Création montrent que l'origine a plusieurs visages, qui varient beaucoup selon les peuples et les cultures.

Dans l'Apocryphon de Jean, un écrit gnostique découvert près de la ville égyptienne de Nag Hammadi en 1945, on peut trouver l'origine et le développement de la Création décrits comme une interaction de trois "visages de Dieu". Dans le visage de "l'indicible" se développe l'idée d'un être humain créé à l'image de Dieu. Dans le deuxième visage, un espace créatif de réalisation se développe, dans lequel naissent toutes les dynamiques et les mouvements qui rendent reconnaissables les idées et les pensées du premier visage. Enfin, dans le troisième visage, se forme la polarité de la lumière et des ténèbres, dans laquelle le développement de l'être humain à l'image de Dieu devient possible par l'expérience.

Potentiel, dynamique et expérience

Le "visage des idées" regarde avec des yeux fermés. Il est indicible parce qu'il n'y a personne de plus grand qui pourrait lui donner un nom. Il est inconnaissable parce que personne ne va assez loin pour voir son essence. La physique parle de pure potentialité, certains courants de pensée religieux parlent simplement de "néant". Il ne montre aucun dynamisme, aucun mouvement, aucune activité.

Le deuxième visage, celui de la réalisation, découle du premier : c'est la lumière pure, une lumière d'une beauté suprême. Ce visage est fait de pur amour, et il engendre le dynamisme à partir de la potentialité du premier visage, en l'honneur de Lui, le Très-Haut. Ils se regardent l'un l'autre : lui, le premier, est l'idée, le second devient sa pensée. C'est ainsi que naissent la cognition, l'immortalité, la vie éternelle et la vérité. De cette façon, un "éon" immortel se déploie à partir du second visage, en étroite coordination avec le premier, donnant vie à d'autres éons et peuples.

Malgré tout cela, l'image n'est pas encore entièrement créée. En effet, avec la création par la lumière du deuxième visage, les ténèbres, qui n'étaient pas une composante du premier visage, se sont également développées. En donnant à ces ténèbres l'existence et la vie, le troisième visage est créé, une création qui n'est plus une composante du premier visage. La troisième création vit de la lumière du deuxième visage et conduit à son obscurcissement.

Le troisième visage crée un monde qui ne connaît plus l'ensemble de la Création, mais qui porte encore en lui, comme des vestiges, le premier et le deuxième visages. Le troisième visage fait naître la vie qui peut rencontrer le regard du premier et du deuxième visage. Comme une puissance inconsciente, elle les porte dans son être. Dans un monde d'expérience, la vie mûrit en connaissance, en sagesse et en amour. Enfin, la vision consciente du premier et du second visage produit un être humain, un être double qui appartient à plusieurs mondes, qui connaît l'ensemble de la Création. Par l'expérience, il prend conscience du côté obscur de la Création, par la maturation de son côté lumineux. Cet être humain se développe à la ressemblance de Dieu, il retourne ainsi à l'ensemble de la Création.

De l'homme des cavernes à l'image de Dieu

De même que le deuxième visage ouvrait ses "yeux" selon son propre rythme et regardait dans le monde du troisième visage, de même là, en réaction, survient la haute culture au sein de laquelle se développent des êtres humains qui peuvent vivre dans l'ensemble de la Création. Sous leur regard, ils réalisent d'abord qu'ils ne sont que des "hommes des cavernes". Ils commencent à se demander : "qui suis-je ?", "d'où viens-je ?". Les questions et la prise de conscience conduisent à ce que le pouvoir du deuxième visage circule en eux, créant un nouveau corps-âme-esprit que le troisième visage doit finalement libérer. Ce qui commence par des questions se termine par un corps de sagesse et d'amour. Ainsi, les personnes transformées entrent enfin dans un "nouveau monde" dans lequel la connaissance des trois visages devient une évidence.

 

back to home pdf share