world, music

"Il existe un monde...", Neil « Perceval » Young – seconde partie

back to home pdf share

(Retour à la première partie)

 

Il existe un monde... :

Il existe un monde dans lequel tu vis.

Personne d'autre ne peut y jouer ton rôle.

Tous ces enfants de Dieu dans le vent,

Embrasse-les et souffle fort.

Regarde autour de toi, l'as-tu trouvé, ce monde,

En descendant l'avenue ?

Regarde ce qu'il apporte :

Ce pourrait être de bonnes choses

Dans l'air pour toi.

Nous partons, nous sommes partis,

Viens avec nous, toi qui est seul.

Ne t'inquiète pas, ne te plains pas,

Nous te laisserons à ta solitude.

Dans les montagnes, dans les villes,

Tu peux voir ce rêve.

Regarde autour de toi, t'a-t-il trouvé, ce monde ?

Est-il vraiment ce qu'il semble être ?

 

Young a écrit ces paroles au début des années 1960, au début de toute la résistance croissante des jeunes contre l'ordre établi qui ne voulait pas laisser de place aux structures nouvelles. Et c'est ainsi qu'on peut les lire, comme un appel aux anciennes générations et aux dirigeants de la société :

"Il y a quelque chose de nouveau dans l'air, regarde autour de toi, est-ce que tout ce que tu vois est vraiment ce qu'il est ? Nous allons partir d'ici, vous pouvez venir si vous voulez".

Sur un autre plan, quand on lit sur la vie que mène Young et sur son attitude, notamment son manque d'attachement aux choses matérielles et aux gens, on a l'impression d'être en face d'un vieil Indien [i]. J'ai le sentiment que ce texte peut aussi faire référence, consciemment ou non, aux nombreuses tribus indiennes avec leur sagesse ancestrale, qui ont été chassées de leurs terres communes et qui ont vu que les colons traitaient souvent tout ce qui y vivait de manière très irrespectueuse. Nous vous laissons seuls, nous vous laissons seuls avec votre égoïsme et votre lutte pour les possessions.

Mais à un niveau de conscience plus profond, il semble aussi y avoir un grand désir de libération. J'entends aussi une aspiration à un monde sous-jacent, originel, à la dialectique sacrée dans laquelle la terre est inscrite, et à la tâche qui y attend l'humanité. Faire un, ramener tout à l'état originel de plénitude, de complétude. Le nouveau "souffle", le rayonnement du Verseau, rayonne à travers l'humanité et veut la propulser vers un nouvel éveil. En fin de compte, nous sommes tous responsables de choisir ou non de suivre cet appel.

Nous vous laissons seuls

Ici, le destinataire est renvoyé à lui-même, avec un objectif sous-jacent : trouver son vrai moi au plus profond de lui-même - et cette pensée est renforcée, je pense, par la version "God will leave you all alone", que Young chante durant le concert de 1971. Dans les deux interprétations, "alone" peut également être interprété comme "all-one". "Nous" est alors l'être humain expérimenté, qui veut quitter le monde matérialiste pour retourner au champ de vie originel, "nouveau" pour l'humanité actuelle, et qui appelle les "traînards" à se réveiller. Ne vous inquiétez pas, ne vous lamentez pas, ne vous plaignez pas, n'ayez pas peur, respirez le souffle nouveau, laissez-le vous traverser sans aucune envie de vous accrocher et laissez-le repartir librement, osez le transmettre - accueillez-le et soufflez fort - et suivez ainsi le chemin vers le nouveau champ de vie, où le tout devient Unité. Dans ce cas, le "nous" s'applique à nous tous, écrit avec une certitude qui peut à la fois inspirer la peur mais aussi la confiance. Pour l'homme matérialiste, c'est une folie, pour le chercheur, un rêve qui est peut-être plus réaliste que le monde matériel des sens que nous connaissons.

Soudain, une phrase jaillit en moi :

"Tout recevoir, tout abandonner et ainsi tout renouveler".

Le gnostique Jan van Rijckenborgh écrit à ce sujet dans La Gnose originelle égyptienne, tome IV [ii] :

"C'est pourquoi le candidat (c'est-à-dire le chercheur de la libération du monde matériel des sens, de l'espace-temps, après avoir tout reçu avant son grand devenir, après avoir tout inhalé, renonce immédiatement au présent immédiat. Le candidat ne doit s'attarder sur rien. Il ne doit dire d'aucune chose : "c'est à moi". (...) Si l'on reçoit tout de cette manière, et que l'on ne résiste en rien à cette réception, le grand processus de renouvellement se déroulera également sans entrave, jusqu'à la fin absolue. "Vous avez tout reçu gratuitement, donnez donc gratuitement", nous dit le Sermon sur la Montagne (Matthieu 5, 7). Cela est vrai non seulement en ce qui concerne la matière brute, mais aussi en ce qui concerne tout ce que vous désirez ; cela s'applique à tout ce qui est pour votre paix véritable".

Cette quête de l'accueil et du renoncement va de pair avec le développement du cœur d'or dans notre propre être.

"C'est un fil si ténu, qui me pousse à chercher un cœur d'or, et je me fais vieux."

Lorsque nous découvrons que nous avons tout vu et tout expérimenté auparavant, et que nous faisons l'expérience de la vanité de tout, la voix qui appelle du fond de notre cœur peut se faire entendre de nous. Nous devenons alors sensibles à ce "fil ténu". Le fil du cœur divin du monde, qui nous permet de chercher librement dans la vie et d'acquérir des expériences sur notre parcours de vie, jusqu'à ce que nous découvrions de l'intérieur que l'amour véritable et durable ne peut être trouvé dans ce domaine de vie. Nous sommes alors appelés à la recherche du "cœur d'or", qui veut se déployer au plus profond de notre cœur.

Nous avons tous la possibilité d'innover. Le nouveau champ de vie nous attend tous, sans exception, patiemment, avec amour et ardeur.

"Il y a quelque chose de nouveau dans l'air, regardez autour de vous, tout ce que vous voyez est-il vraiment ce qu'il est ? Nous partons d'ici, vous pouvez venir si vous voulez."

 

Extraits de l'interview dans le magazine Times, 2012 :

"J'aime les gens, je n'ai juste pas besoin de les voir tout le temps", a-t-il dit en riant.

 "Trop de décisions à prendre sans aucun signe de ce qu'il faut faire", a-t-il ajouté.

"Je m'en fichais et je m'en fiche toujours", a-t-il dit, puis il a poursuivi : "J'ai expérimenté, j'ai essayé des choses, j'ai appris des choses, j'en sais plus sur tout ça qu'avant."

Je lui ai demandé s'il était une bonne personne avec qui ou pour qui travailler. "Le fait est que je peux être vraiment irritable quand je suis mécontent de certaines choses", a-t-il répondu. "Je peux être pinailleur sur des détails qui semblent exagérés. Mais là encore, je suis dans ce que je suis, alors beaucoup de gens me pardonnent pour cette raison."

 

________________________________________

Sources :

[i] Neil Young Comes Clean - The New York Times (nytimes.com)

[ii] J. van Rijckenborgh, La Gnose originelle égyptienne, tome IV, Rozekruis Pers, Haarlem, 2018

back to home pdf share