cave

La peur

back to home pdf share

 

Les crises provoquent la peur et c'est même une chose sensée d'avoir peur. La peur fait partie de la manière dont notre organisme réagit face au danger. La peur surgit "automatiquement" et est évoquée par ce qu'on appelle le système limbique - une ancienne structure située au plus profond du cerveau, responsable de nos sentiments et de nos pulsions. Comme c'est le cas dans le règne animal, la peur amène également les humains à se "figer" ou à se sentir paralysés (le réflexe de "faire semblant d'être mort") ou à se préparer à se mobiliser, ce qui leur permet de se battre ou de fuir la situation.

Au début, nous nous sentons souvent paralysés ou en état de choc lorsque le danger se présente ou lorsque quelque chose de terrible s'est produit. Vient ensuite une phase de grande activité, de désespoir, d'impuissance - de peur. Parfois, nous ne ressentons pas la peur en tant que telle, mais nous la transformons en sentiment de colère, en agitation, en dépression ou en symptômes physiques. Le fait d'éviter ou de bloquer la peur (ce qui se produit le plus souvent de manière inconsciente) ne fait que l'intensifier davantage et conduit à avoir peur de la peur.

La personne entière peut être frappée par la peur

On peut dire que la peur se manifestee à plusieurs niveaux : physique, émotionnel et mental - et s'exprime finalement dans notre comportement.

Nous savons que de fortes palpitations cardiaques, un essoufflement, des vertiges, des tremblements, des sueurs, une sensation de faiblesse ou de maladie, etc. font partie des symptômes physiques de la peur. Dans nos pensées et nos émotions, la peur se manifeste par un sentiment de vulnérabilité, d'impuissance, de perte de contrôle et de désespoir. La peur a quelque chose à voir avec le phénomène de contraction - à la fois physique et dans la façon dont nous ressentons et pensons. La peur peut prendre complètement possession de nos pensées et de nos sentiments. Les pensées tournent autour de la catastrophe - qu'elle soit réelle ou supposée. Les pensées claires et structurées et la résolution de problèmes deviennent difficiles ou carrément impossibles. Il est juste de dire : "la peur est mauvaise conseillère".

Reconnaître la peur et la surmonter

La peur est importante pour notre survie ; elle fait partie de nous. Les façons dont nous gérons la peur sont très diverses, selon notre disposition d'esprit, notre éducation et notre situation sociale. Un thérapeute honnête ne peut pas promettre de faire disparaître nos peurs. Mais il peut nous aider, par le biais de la thérapie, à surmonter les peurs irrationnelles. Tout au long de leur vie, les personnes saines d'esprit apprennent à gérer leurs peurs par elles-mêmes. Chacun les surmonte à sa manière.

La nouveauté et l'inconnu

Les situations qui ne nous sont pas familières et qui sont nouvelles pour nous sont celles qui suscitent la peur, car nous n'avons pas encore appris à y faire face. Nous percevons la nouveauté et l'inconnu comme une menace, surtout lorsqu'ils nous "frappent" sans prévenir. Cependant, ils peuvent aussi susciter la curiosité et l'intérêt. La peur peut nous rendre très éveillés et vigilants en cas d'urgence. Le courage et la volonté de survivre s'éveillent en nous et une capacité créative qui nous était jusqu'alors inconnue, apparaît.

Les peurs sont également liées aux étapes de développement de notre existence propre. Des changements radicaux dans la vie peuvent nous faire plonger dans une crise, comme l'entrée au jardin d'enfants, à l'école, l'entrée dans la puberté, le début des études universitaires ou l'entrée dans une profession, l'établissement d'une union civile, la naissance d'un enfant, le chômage, le divorce et la confrontation avec la finitude de la vie, la maladie ou la mort.

Se regarder en face

La peur nous confronte à notre vulnérabilité et à notre sentiment fondamental d'être menacé(e) dans ce monde. En fin de compte, la peur nous confronte à notre personnalité. Il ne s'agit pas seulement de notre état physique, mais aussi de l'affection, de l'appréciation et de la mise en danger de la perception que nous avons de nous-même ou de notre position dans la société.

Les schémas de pensée jouent ici un rôle essentiel. Ils circulent automatiquement (inconsciemment), ils nous limitent, ils nous définissent. Nous sommes à la merci de ces pensées si nous ne parvenons pas à les remettre en question et à les modifier.

Les recherches en psychologie ont montré qu'un élément est significatif lorsqu'il s'agit de réduire nos peurs : le sentiment de prendre le contrôle de la situation. La peur est minimisée lorsque nous savons ce que nous faisons pour surmonter le problème. Il peut s'agir d'une solution adaptée, mais il s'agit souvent d'une stratégie d'évitement.

La peur augmente lorsque nous souhaitons l'éviter. La chose que nous fuyons ne fait que se rapprocher. C'est alors que nous avons peur de la peur. Il est important d'observer notre moi, de regarder ce qui se passe en nous.

La peur des examens

Tout le monde a, à un moment ou à un autre de sa vie, connu la peur des examens, mais c'est une bonne chose car nous ne pouvons pas atteindre une performance optimale dans un état de relaxation totale. Nous avons besoin d'une certaine dose d'excitation physique, de désarroi ou de peur. Cependant, si la peur l'emporte, elle bloquera nos processus de pensée et de mémorisation.

Un cercle vicieux se crée si l'on essaie d'éviter la peur en n'affrontant pas du tout la question de l'apprentissage, ce qui signifie que l'on repousse les révisions et l'examen. Il est utile d'attirer l'attention sur la peur, de la prendre quasiment en main et de vivre consciemment avec elle. La peur est alors réduite.

La plupart des gens essaient de créer des situations de vie qui offrent la sécurité et dans lesquelles les choses sont en grande partie prévisibles. Plus cette tendance est forte, plus l'incertitude est grande lorsque des crises soudaines apparaissent, comme la pandémie de coronavirus par exemple. Les craintes passent de la peur de contracter la maladie à la peur de perdre son emploi et à la peur de s'isoler.

Possibilités spirituelles

La connaissance de soi est le début de la sagesse, ce qui signifie la fin de la peur.

(Krishnamurti)

Pensons-nous qu'une personne en quête de spiritualité ne devrait pas avoir peur ?

Si c'est le cas, nous commettons une grave erreur et ne réalisons pas notre lien existentiel et organique.

Mais comment devrions-nous, en tant que personne en quête de spiritualité, gérer nos peurs ?

Faire l'expérience de soi - avec toutes ses peurs

Chaque fois que nous souhaitons nous sentir à l'aise intérieurement et extérieurement - par la contemplation ou la méditation - nous sentons plus que jamais nos peurs s'imposer à nous. Mais c'est une bonne chose, car nous sommes alors en mesure de reconnaître nos attributs humains personnels et généraux ; nous apprenons à être conscients de la façon dont nous nous déplaçons et affirmons notre moi conscient dans ce monde, et nous apprenons quelles méthodes nous appliquons pour tracer notre chemin dans la vie. Plus notre quête spirituelle est sérieuse, plus la compréhension de notre propre être et de nos peurs est profonde.

Comment sommes-nous censés faire face à ce sentiment fort et désagréable que nous préférerions voir disparaître très rapidement ? Il est clair à cet égard que tout développement spirituel ne nous conduit pas à un état psychologique où nous nous sentirions confortablement enveloppés dans de la ouate.

Un certain degré de santé et de stabilité mentale est important pour vivre le processus au cours duquel les peurs finissent par se dissiper : nous nous tournons vers elles et les vivons d'une manière beaucoup plus claire et consciente. Il y a la peur d'échouer, la peur d'être rejeté, la peur de perdre une situation matérielle ou la santé, la peur des personnes de notre propre entourage... Toutes ces peurs sont liées à des pensées, des perceptions et des fantasmes spécifiques, réalistes ou non. Nous en faisons l'expérience et voyons comment toutes ces pensées et tous ces sentiments surgissent en nous, nous les acceptons et, en même temps, nous continuons à nous concentrer sur le chemin spirituel - le "soleil" spirituel, l'Esprit. Nous pouvons appeler cette partie du chemin "endoura".

Engagement envers le spirituel

Le mot endoura signifie "endurance"[1]. Ainsi, si nous pouvons rester debout face aux peurs qui surgissent en nous, ainsi qu'à toutes leurs conséquences physiques et mentales, nous pouvons alors voir à travers elles - et à travers nos attachements aussi. Il s'agit de ne pas y réagir, de pratiquer le "non-faire" et en même temps de faire confiance aux forces spirituelles et au champ spirituel universel avec un désir profond, et de s'y livrer. Nous recevons de ce champ énergétique la force de le faire. Si nous sommes capable de persévérer dans cette consécration et cet engagement envers la force spirituelle - qui est en même temps l'amour unique - alors un miracle se produit : toutes nos peurs se dissipent. Nous avons été capable de les détecter à leur origine et de les accepter. Notre conscience expérimente en elles le fonctionnement des puissances de ce monde et est capable de faire la différence entre leur travail et celui des forces spirituelles.

Comment une graine éclate

Notre conscience fait l'expérience de l'éclosion dans le cœur de la graine d'une manifestation divine - une existence libérée de la mort et de la souffrance, et donc aussi de la peur. Notre personnalité est semblable à une motte de terre qui contient cette graine. La graine est entourée d'une enveloppe, ce qui signifie que nous n'en savons généralement rien. Cette coque se désintègre grâce au désir que nous ressentons pour "l'autre en nous". Ensuite, la possibilité d'une nouvelle vie se développe - dans l'énergie qui provient de cette graine.

Les peurs liées au chemin spirituel se dissipent maintenant aussi. L'appréciation peut être importante pour nous sur ce chemin ; nous pouvons craindre le désagrément et l'inconfort. La peur peut surgir sur le chemin lorsque nous voudrions "avancer" spirituellement, lorsque nous avons des doutes sur notre propre capacité ou des doutes sur l'organisation à laquelle nous avons adhéré.

Tout cela disparaît lorsque notre conscience - grâce à la persévérance - expérimente sa nouvelle fondation à partir du fond du cœur. Jusqu'aux structures organiques du cerveau se développe la certitude que nous sommes intégrés dans un contexte supérieur - dans un Plan de Vie à grande échelle - dans le Plan de Dieu pour le monde et l'humanité. Nous faisons l'expérience d'être dans ce Plan, d'y être retournés.

L'auteur Aldous Huxley l'a exprimé ainsi :

« Lorsque l'esprit est complètement absorbé par un problème quelconque, il perd une partie de sa peur. Ce n'est que lorsque l'esprit est absorbé par l'amour et la connaissance de la source divine qu'il peut perdre complètement toutes ses peurs. »

 

________________________________________

[1] Tiré de la voie spirituelle des Cathares au Moyen Âge.

 

back to home pdf share