Megaliths circle

Le développement spirituel de l'âme populaire celtique – deuxième partie

back to home pdf share

(Retour à la première partie)

 

Hyperborée

Dans son écrit Timée [1] Platon écrit ce que Solon, le législateur d'Athènes, avait entendu d'un initié égyptien de Sais environ 200 ans avant lui. Celui-ci avait parlé à Solon d'une grande île, l'Atlantide perdue, qui aurait été plus grande que la Libye et l'Asie réunies. La Bible ne mentionne pas le nom de l'Atlantide, mais elle décrit une grande inondation, qui pourrait avoir un lien avec le naufrage de l'Atlantide.

De plus, de nombreux peuples ont une datation du déluge et tous racontent quelque chose de différent. Cela vient probablement du fait que seuls les voyants ont pu voir les événements de l'Atlantide, et chacun d'eux d'une manière différente, selon l'endroit d’où un événement était vu : du sud ou du nord, de l'hiver ou de l'été. Au fond, ce sont toutes des histoires vraies, celles d'une grande inondation au cours de laquelle un grand continent a été submergé.

Un morceau de terre situé à la limite de l'ancienne Atlantide présente une faible ressemblance avec la terre engloutie, à savoir l'Irlande, et plus à l'ouest, l'Écosse, la Grande-Bretagne et une partie de la Bretagne. C'est dans ces régions que vivaient les Celtes.

Les Celtes étaient convaincus que l'Atlantide engloutie avait réellement existé.

La disparition de cette terre avait laissé une impression très profonde dans l'âme celte et, de plus, cette ruine était obstinément retenue dans l'âme populaire. Avec le temps, les Celtes ont fusionné les souvenirs de l'ancienne Atlantide avec des souvenirs encore plus anciens : ceux de l'état paradisiaque. C'est pourquoi les nombreux mythes parlent de ces mondes merveilleux et de « l'autre monde » dans lequel les dieux et les hommes se rencontrent.

Après la disparition de l'Atlantide, deux groupes de personnes se sont déplacés vers l'est : l'un, mené par Manu, a suivi la route du nord à travers l'Europe du Nord jusqu'en Inde et l'autre a suivi la route du sud jusqu'à l'Afrique actuelle.

Le groupe du nord a été décrit plus tard par les historiens grecs comme les Hyperboréens (hyper = au-delà, et boréas = le vent du nord).

Boréas était donc le nom du vent du nord qui apportait avec lui tempête et froid hivernal.

Les voyageurs et historiens antiques parlent d'un groupe religieux de haut rang, les Hyperboréens, dont le centre était Elixoa, sur l'île du même nom qui devait être l'île danoise de Zealand. Dans cette ville sainte, qui était entièrement peuplée de nombreux serviteurs du temple, il y avait une école supérieure pour les prêtres-poètes, qui étaient accompagnés de chanteurs et de musiciens. Le nom de ces prêtres était Boredai et en gaulois Bairadion. Leur religion était centrée sur le Dieu de la Lumière, d'où le nom de Bardes du Soleil, qu'ils portèrent jusqu'à leur disparition (les bardes seront abordés plus tard dans la partie 11).

La terre des Hyperboréens se trouvait dans les régions d'Europe du Nord et d'Asie du Nord, de la Scandinavie à la Sibérie en passant par la Finlande.

Les Hyperboréens étaient un peuple tranquille qui, en tant que race, vivait et était influencé par les effets de l'éther et les conditions du sol. Ils n'étaient pas encore conscients du sang et des forces vitales en ébullition dans le métabolisme et les organes reproducteurs. Dans les régions plus fraîches de l'Atlantique Nord, l'humanité s'est donc développée, libre du durcissement matérialiste de l'ego, et dans les conditions paradisiaques et innocentes des impulsions hyperboréennes. Ainsi se forma la première race blanche. Les personnes qui vivaient plus près du pôle Nord étaient davantage influencées par le cosmos à travers leur tête. Par conséquent, ils pouvaient plus tard porter leur attention sur le monde extérieur, penser et sentir. Cette situation contrastait avec le groupe d'Atlantes qui se déplaçait vers le sud-est. Les forces métaboliques brillaient dans le corps de ces personnes.

L'Hyperborée était réputée pour avoir une nuit claire pendant une demi-année et un jour clair pendant une demi-année. On aurait donc cherché ce continent dans les régions septentrionales de la mer de Barents, de la mer Blanche et dans les environs de la Sibérie et de la Finlande.

Même Homère parle de ces nuits claires en Hyperborée dans son récit de l'Odyssée.

Hyperborée avait un état virginal, paradisiaque et les îles de cette région, selon Diodore de Sicile, étaient si fertiles qu'elles donnaient même deux récoltes par an [2].

Nous devons situer cette époque avant les changements planétaires ; les régions autour de la Finlande étaient alors beaucoup plus chaudes que maintenant. Ensuite, le climat a changé radicalement et ces régions ont été confrontées à un climat beaucoup plus frais.

Les corps des Hyperboréens de ces temps anciens étaient plus végétaux et ils se multipliaient de manière végétale, c'est-à-dire sans fécondation. Un grand être éthérique pouvait contenir plusieurs « corps » et l'humanité éthérique (du paradis) était, en quelque sorte, l'âme de groupe pour de nombreux corps.

Plus tard, les Hyperboréens étaient des adorateurs du dieu Soleil Apollon et étaient connus essentiellement comme des prêtres d'Apollon ; ils louaient et adoraient ce dieu quotidiennement. Cela est compréhensible si l'on considère que la moitié de l'année, les nuits étaient si légères que les habitants devaient avoir une expérience particulière avec la lumière du soleil.

C'est ainsi que les derniers maîtres de l'humanité se sont incarnés dans ce monde éthérique vierge du nord. Cela explique pourquoi les nombreux peuples abritaient leurs dieux dans le nord. Plus tard, ces maîtres diffusèrent leur enseignement sous la forme de communautés sacerdotales dont le centre se trouvait dans le nord de la Scandinavie et qui opéraient en arc de cercle à travers l'Europe jusqu'à la mer Noire.

Les Grecs apportaient de précieux cadeaux d'ordination aux Hyperboréens, et parfois les Hyperboréens eux-mêmes venaient en Grèce, comme l'Hyperboréen Abaris, qui renouait l'ancienne parenté avec les habitants de Délos.

Le lien des Grecs avec les Hyperboréens s'exprime également dans le fait qu'ils désignent ce peuple par leur degré d'initiation du « Cygne » ; le cygne était un animal sacré et consacré au dieu Apollon, et à sa naissance, il était conduit dans un char à cygne vers la belle Hyperborée.

Les Hyperboréens vivaient de façon végétarienne, sans travail, une vie heureuse et saine qui pouvait durer des centaines, voire des milliers d'années.

Dans l'épopée finlandaise du Kalevala, nous lisons que la mère de Wäinämöinen, le dieu de la poésie et de la magie, l'a porté 700 ans avant sa naissance. Ces images font référence à une période terrestre lointaine, que l'on appelle l'Hyperborée, au cours de laquelle l'homme avait encore un corps éthérique léger. À cette époque, les gens ne connaissaient pas encore la mort et la métamorphose d'une forme en une autre. Toutes ces qualités étaient connues dans les lieux mystérieux de l'Antiquité, et ces états inoffensifs paradisiaques ont été fusionnés avec les Hyperboréens de l'époque post-atlantéenne.

Selon Steiner, les Hyperboréens n'ont pas seulement influencé les Grecs sur le plan spirituel, mais aussi les Druides celtiques, et la prêtrise hyperboréenne a été la source d'inspiration commune pour le culte du Soleil d'Apollon en Grèce et le culte de Lug ou du Dieu Soleil en Celtique-Germanique.

Les Drotten, Trotten ou Trudi, influencés par les Hyperboréens, ont ainsi diffusé leurs mystères solaires qui étaient les plus anciens mystères d'Europe et qui ont inspiré les Druides celtiques.

 

(Vers la troisième partie)

Références :

[1] Platon, Timée et Critias, Penguin Books Ltd, 2008.

[2] Sigismund von Gleich, Marksteine der Kulturgeschichte, Mellinger J.Ch. Verlag, 1982.

[3] Erika Dühnfort, Sagas et légendes irlandaises - Des héros, des saints, des elfes et des druides, Anaconda Publishers, 2012.

[4] Antonin Gadal, Le druidisme, Rozekruis Pers, Haarlem 2019.

[5] Hans Gsänger, Irlande. L'île d'Abel. Les Hautes Croix d'Irlande, Verlag Die Kommenden, 1969

back to home pdf share