Celtic Cros

Le développement spirituel de l'âme populaire celtique – dixième partie

back to home pdf share

(Retour à la neuvième partie)

 

Hautes croix celtiques

Lorsque vous voyagez en Irlande, vous avez l'occasion de visiter de nombreuses hautes croix. Ces croix n'étaient pas destinées à servir de croix funéraires, mais étaient dédiées au Christ, à certaines personnes du Nouveau et de l'Ancien Testament, et aux quatre évangélistes. Elles appartenaient toutes à un monastère entouré d'un mur circulaire annulaire. À l'est se trouvait généralement la croix du Christ, qui était comparée au lever du soleil. Rarement un texte y était inscrit, mais très occasionnellement on demandait aux gens de prier pour X qui avait érigé la pierre.

Les croix pré-chrétiennes présentent des similitudes avec celles du début du christianisme. Cela s'explique par le fait que le passage de la religiosité mythique au christianisme n'a pas été une délimitation nette, mais progressive. Les anciens mythes ont été complétés et enrichis par le mystère chrétien. L'homme mythique antique se sentait relié au cosmos. Ainsi, à l'époque mégalithique et celtique, le soleil était considéré comme le centre cosmique des dieux. Du soleil sortait le Logos créateur qui manifestait tout.

Les décorations sur les croix peuvent être divisées en quatre groupes liés aux quatre éléments.

1. Décorations géométriques

2. Fleurs et plantes

3. Animaux

4. Humains    

L'élément animal du dragon représente la vie instinctive inférieure de l'homme qui doit être surmontée. Dans la mythologie nordique, l'Edda, cela est indiqué par le loup Fenris. Il est issu de Loki, qui représente Lucifer et obscurcit le chemin de l'homme. Fenris, le loup, est toujours en train de dévorer la lumière et il est en pleine activité pendant cette période ! Il est comme le loup menteur qui doit être vaincu ! Le dragon a la même signification que le loup et sur la croix serpent-dragon de Killamery, un dragon se jette sur le centre solaire. Il est l'ennemi de la lumière, et est aussi appelé le "démon du soleil".

 

cross

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croix serpent-dragon de Killamery

Lorsque le christianisme a commencé à se développer en Irlande, le symbole du soleil a été associé au Christ et à sa croix. De nombreuses pierres dressées, appelées menhirs, ont été retravaillées avec le symbolisme chrétien à l'époque du christianisme irlandais. Les traitements appliqués aux pierres ne servent donc pas seulement de décorations, mais reflètent les forces vitales chrétiennes qui impactent l'homme et la terre.

 

Stela of Gallen

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stèle en croix de Gallen

Sur la stèle en croix de Gallen, le soleil est représenté sous la forme d’une svastika, autour de laquelle s'enroulent quatre dragons qui se jettent sur les quatre têtes. La tête est le symbole des pensées et cette représentation est donc une attaque des forces obscures sur la conscience de l'homme. Le personnage ci-dessous lève les mains en signe de soumission sans résistance, imaginant ainsi qu'il affronte courageusement cette menace.

Le centre de la croix est presque toujours le Christ qui est souvent symbolisé par le soleil. Il est comme la Lumière du monde. Voici une vieille légende :

« La terre entière s'est mise à briller lorsque le Fils de Dieu est venu sur terre. »

Le Christ est donc perçu par les Celtes comme le Roi du ciel, qui répand sa Lumière sur la terre. Sur ces croix, on peut déjà voir l'anneau à l'emplacement du disque solaire. Cet anneau est associé au déversement des forces lumineuses du Christ.

Les croix hautes contiennent trois secrets qui peuvent encore être discernés dans la forme par l'observateur attentif :

Premièrement, on peut voir la croix comme sortant de la terre. Les médiums de l'ancienne époque indienne voyaient une croix profondément enfouie dans la terre, à laquelle était suspendue une créature androgyne. Dans la main droite le soleil, dans la gauche la lune et sur le reste du corps les mers et les terres. Ces voyants interprétaient cette vision comme la terre attendant le mystère du Christ et passant d'une forme pure à une vie nouvelle. La croix n'est donc pas seulement le symbole de la mort, mais aussi le symbole d'une nouvelle vie.

Deuxièmement, nous voyons le développement du disque solaire derrière la croix. Lorsque le Christ s'est incarné sur terre, l'homme a entamé un nouveau développement : l'homme peut assimiler la lumière du Christ et a donc la possibilité de changer. La route est encore longue, mais le départ a été pris. La signification du disque rond sur la croix symbolise le Christ comme le Frère Soleil de l'homme vivant sur terre.

Troisièmement, les disques solaires sur les croix se sont transformés en anneaux solaires transparents. Les hautes croix montrent maintenant quelque chose qui indique à quel point les sages irlandais étaient au courant des secrets de l'évolution de la Terre ! Lorsque nous assimilons l'impulsion du Christ, nous changeons : quelque chose dans notre corps éthérique ne périt pas lorsque nous rencontrons la mort. Ces parties du corps éthérique sont impérissables et leurs forces sont déversées dans le cosmos. Ainsi, une sphère spirituelle toujours plus grande est créée autour de la terre comme un corps éthérique vivant. C'est le sens de l'anneau "transparent" qui entoure la grande croix ! Les sages irlandais montrent ainsi qu'ils avaient une vaste vision de l'avenir du développement de l'humanité, d’après ce que l'on peut encore voir sur les grandes croix !

En même temps, cela met en lumière les quatre nœuds que nous voyons souvent représentés sur les croix irlandaises et qui jouent un rôle dominant. Les quatre points se rapportent aux quatre forces de l'éther – l’éther de chaleur, de lumière, chimique et vital – et sont liés aux quatre éléments du feu, de l'air, de l'eau et de la terre. Le corps éthérique est lié aux activités de l'âme. Ainsi, la volonté s'exprime dans l'éther de chaleur, le sentiment dans l'éther de lumière, la vie des pensées dans l'éther chimique ou de tonalité, et l'intérieur des pensées s'exprime dans l'éther vital. La partie intérieure de nos pensées n'est pas l'attention extérieure en réponse au monde extérieur. C'est le travail intérieur lorsqu'une nouvelle inspiration naît dans l'homme et n'est active que chez un étudiant qui progresse sur son chemin spirituel. L'homme n'a pas encore le contrôle de ses pensées : elles l'assaillent constamment. C'est ce qu'on appelle la chute dans le péché.

Lorsque le Christ s'est caché dans un corps humain lors du baptême au Jourdain, il a annulé cette chute pour tous ceux qui s'ouvrent à sa lumière. Dans son incarnation, il a purifié les éthers ; il l'a rayonné avec une force spirituelle. Les quatre forces éthériques, devenues pures, rayonnent vers l'extérieur et créent un cercle lumineux autour de la terre. Les forces éthériques ne peuvent pas être observées par un organe matériel. C'est pourquoi les Irlandais ont cherché un moyen de représenter correctement ces quatre points. Ils sont passés de l'omission des points à la représentation de la tétrade dans l'anneau le plus extérieur, en passant par les quatre trous dans les barres de la croix. C’est bien sûr le bon endroit, car le corps éthérique se déverse finalement dans l'espace mondial.

Cela prouve que les Irlandais, avec leurs dons de clairvoyance, ont une place spéciale dans le monde et ont joué un rôle de pionniers qui trouvera son accomplissement dans le futur.

Ahenny

  

 

 

 

 

 

 

 

Croix d'Ahenny

Alors que dans les premiers siècles, nous voyions le Christ représenté par un cercle, comme un symbole du soleil, dans les temps ultérieurs, il prend forme humaine sur les croix. Toutefois, jamais comme un défunt, mais comme le triomphateur de la mort, avec des mains bénissantes. C'est la grande différence avec les croix de la plupart des églises, où il n'y a qu'un cadavre !

 

Cross of Durrow

 

 

 

 

 

 

 

 

Croix de Durrow

Sur la croix de Durrow, nous voyons le Christ triomphant avec dans sa main gauche la croix de mort et dans sa main droite le symbole de l'arbre de vie, le bâton druidique avec les deux spirales. Sur cette croix, nous voyons les quatre clous, les forces éthériques, au bon endroit : dans l'anneau "transparent".

 

Kilfenora

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croix de Kilfenora, 11ème siècle

Sur la croix de Kilfenora, nous voyons à nouveau le Christ triomphant, les bras tendus en signe de bénédiction. Son sang sacrificiel s'écoule le long du tronc en deux ruisseaux et est distribué sur la terre.

 

Patrick

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La croix de Patrick et Colomba

Sur la croix de Patrick et Colomba, il y a autre chose d'intéressant à voir, car ici ce n'est pas le Christ au milieu, mais sept clous qui représentent le divin Esprit septuple.

On gagnerait beaucoup à l'avenir si les Hautes Croix celtiques irlandaises n'étaient pas seulement considérées comme des objets artistiques, mais aussi reconnues pour leur profonde signification spirituelle !

 

(Vers la onzième partie)

Références :

[1] Jakob Streit, Sonne und Kreuz [Soleil et Croix], Freies Geistesleben, Stuttgart 1977.

[2] Hans Gsänger, Irlande. L'île d'Abel. Les hautes croix irlandaises, éditions Die Kommenden, 1969.

 

back to home pdf share