Druids oak

Le développement spirituel de l'âme populaire celtique – quatrième partie

back to home pdf share

(Retour à la troisième partie)

 

Druides

L'historien et géographe gréco-romain Strabon (63 av. J.-C.), qui avait beaucoup voyagé et était bien informé, rapporte qu'il existait trois formes de direction spirituelle chez les Celtes. D'abord les Druides, ensuite les Bardes et enfin les Vates.

Le mot « druide » est dérivé du mot grec « chêne » et le chêne était vénéré comme un arbre sacré par les druides. Cependant, le mot gaélique « druidh » signifie « sage » ou « magicien ». Les deux significations indiquent déjà que la culture des Druides était spéciale.

En grec, le chêne se dit « drus ». C'est pourquoi certains historiens pensent que c'est de là que vient le nom « druide », car le chêne était l'arbre le plus important chez les Celtes.

Le culte du chêne est basé sur une légende. Le chêne était le premier arbre à être créé et c'est de cet arbre qu'est né l'homme. À partir de ce fait, nous pouvons établir une comparaison avec la racine feu ou le chiffre 1, qui relie le haut et le bas. De cette connexion naîtra un jour l'homme divin.

Le fait que le gui qui pousse sur le chêne ne perd jamais ses feuilles indique son éternité à partir de ce que l'on appelle le feu de la racine : il était, il est et il sera. Le feu de la racine provient de la moelle épinière et doit être tiré vers le haut.

L'histoire selon laquelle Abraham a reçu l'ange de Jéhovah sous les branches du chêne signifie que son état de conscience était en harmonie avec le feu sacré qui avait germé dans sa moelle épinière. Ce feu est monté jusqu'à sa tête, car Abraham a reçu l'ange sous les branches du chêne.

Les écrivains romains tels que Pline et Jules César fournissent de nombreuses informations sur les Celtes.

Pline dit :

« Les druides, comme on appelle les mages chez les Gaulois, ne tenaient rien de plus sacré que le gui et l'arbre qui le porte, le chêne. C'est pour cette raison qu'ils choisissaient les chênaies et qu'ils n'accomplissaient aucun rite sans la présence d'une branche de cet arbre [1] ».

Nous pouvons donc maintenant mieux comprendre ce que devait signifier pour la population la destruction de forêts entières de chênes. Le symbole du feu de l'esprit sur terre a été volontairement détruit par les ignorants.

Tacite [2] décrit combien les druides eux-mêmes se conformaient à la foi et se soumettaient à la volonté des prêtres. Il mentionne même un chef de l'organisation druidique, à savoir Divicacius. Ainsi, la défense contre les incursions romaines n'était pas basée sur le sang et la bataille, mais sur la magie. D'immenses forêts de chênes furent alors brûlées par crainte des « démons » qui les habitaient et, bien sûr, de la possibilité pour un druide de s'y cacher.

On parle souvent des druides comme de simples devins et fantaisistes, mais le contraire était affirmé par le César romain. Ce dernier, bien qu'étant de ses ennemis, avait un grand respect pour les anciens druides celtes et écrit (dans De Bello Gallico [3]) que les disciples des druides pratiquaient un entraînement rigoureux qui durait parfois jusqu'à vingt ans, car rien n'était écrit. Tout était mémorisé sous forme de triades poétiques. Le disciple recevait cette formation dans des grottes et au fond des forêts. Les druides, d'origine germanique, formaient des initiés. En Angleterre, ils ont continué d'exister jusqu'à l'époque de la reine Elizabeth au 16e siècle.

Tout ce que nous pouvons lire dans l'Edda sur le monde des anciennes sagas germaniques remonte à la sagesse des druides. En effet, le poète de l'Edda était un prêtre druide. Le prêtre druide parlait de vérités élevées, et bien que celles-ci soient simples, elles pénétraient profondément dans l'âme humaine. Ces récits construisaient quelque chose dans le système humain, de sorte que dans une incarnation ultérieure, ces vérités supérieures étaient comprises parce qu'elles avaient été amorcées dans une incarnation précédente.

Une grande partie de ce que l'on peut lire dans l'Edda concerne la vie et la mort et se fonde sur des événements réels qui étaient d'actualité à l'époque des anciens druides. L'Edda était la saga suprême et la plus sacrée de l'époque, mais elle a été de plus en plus corrompue au fil du temps.

Les druides exerçaient donc principalement un leadership spirituel sur le peuple qu'ils gouvernaient également. Ils étaient considérés comme les intermédiaires prescrits entre Dieu et les hommes ; personne n'accomplissait une cérémonie religieuse sans l'aide d'un druide.

Dans les affaires publiques et privées, les gens se soumettaient à la décision du druide. C'était une grande punition pour eux lorsqu'ils étaient interdits et privés de participation aux cérémonies religieuses.

César nous informe :

« Ceux qui ont été exilés pour avoir refusé de se soumettre à la décision des druides sont comptés parmi les plus humbles et les plus méchants. Chacun fuit leur compagnie et évite toute conversation de peur d'être contaminé par cette proximité [6 ] ».

César écrit encore des druides qu'ils voulaient faire croire à leurs auditeurs ce qui suit :

« Les âmes sont immortelles : elles passent d'une forme à une autre ; ils voient là la plus forte stimulation, car ils ne craignent pas la mort. Ils ont aussi beaucoup de connaissances sur les étoiles et leurs mouvements, sur la taille de la terre, sur la philosophie et sur les pouvoirs des dieux immortels, dont ils discutent avec leurs jeunes disciples ».

César semblait vraiment intéressé par les Celtes, mais son intérêt avait une raison particulière. Malgré son respect pour les druides, il avait une préoccupation politique. Il savait que les Celtes étaient dépendants de leurs prêtres druides, et il savait que s'il voulait détruire les Celtes, il devait commencer par les druides : après tout, ils occupaient les postes clés !

Dans la partie nord de l'Europe celtique, les initiés instruits étaient également appelés « cerunnes » (= cerf). Nous pouvons voir ici un lien avec la divinité Cernunnos qui indique un culte du cerf. Les anciens Celtes vénéraient encore d'autres animaux : le chien, le cerf et le taureau, que l'on retrouve tous sur le chaudron de Gundestrup [4].

 

 

 

 Le chaudron de Gundestrup 

 

 

 

 

 

 

Les décorations du chaudron représentent des divinités et des rituels celtiques, c'est pourquoi on pense qu'il a été utilisé lors de cérémonies religieuses druidiques.

Sur le chaudron de Gundestrup, qui date probablement de la période de La Tène, au IIe ou au Ier siècle avant J.-C., on peut voir un homme en position assise et méditative, avec des bois de cerf sortant de sa tête. Nous pouvons y voir un certain stade de développement de la connexion spirituelle avec le cosmos. Le lien avec le soleil et la lune peut également être observé sur ce chaudron, ce qui indique à nouveau le fait que les Celtes se sentaient liés à l'ancien culte solaire qui remonte à la culture hyperboréenne.

 

(Vers la cinquième partie)

Références :

[1] Pline l'Ancien, Histoire naturelle, chap. 5

[2] Tacite, Annales XIV

[3] J. César, Guerre des Gaules, Livre VI (chapitres 11-20).

[4] Le chaudron de Gundestrup est exposé au Musée national du Danemark à Copenhague.

[5] Jakob Streit, Sonne und Kreuz [Soleil et croix], Freies Geistesleben, Stuttgart 1977.

[6] T.W. Rolleston, Mythes et légendes de la race celtique, (première publication en 1911) Dover Publications, 1990.

[7] F.C.J.Los, De Oud-Ierse kerk, Ondergange en opstanding van het Keltendom [La vieille église irlandaise, chute et résurrection des Celtes], Vrij Geestesleven, Zeist 1975.

 

back to home pdf share