trees

Le flux de la réalité émergente

back to home pdf share

 

Les paradoxes de la physique quantique

Dans une pensée purement déterministe, la définition de l'état d'un système à un moment donné détermine tous ses états ultérieurs. La science moderne a remis en question cette vision du monde. La physique quantique prédit bien l'état quantique futur à partir de l'état présent, mais elle ne donne que des probabilités pour les événements observables. Selon la physique quantique, les événements mesurables sont basés sur les lois de la nature, mais ils contiennent en fin de compte un spectre de possibilités, à partir duquel certains faits réels émergent par le biais d'un processus étrange appelé « effondrement de la fonction d'onde » (Tamavakis, 2019, p. 452). En d'autres termes, la mécanique quantique postule « des corrélations spéciales [qui] sont interdites par des arguments très généraux fondés sur le réalisme et la causalité locale » (Laloë, 2001, p. 655).

Comme toute théorie, la physique quantique peut être considérée comme un modèle (Stachowiak, 1973). Un modèle est une représentation idéalisée d'un certain domaine. Il crée un système de « formes symboliques », comme l'appelait Ernst Cassirer (1923), ayant une valeur cognitive et esthétique.

Avec de tels modèles, les physiciens tentent d'expliquer et de prédire des phénomènes, par exemple dans l'interaction entre la lumière et la matière. Les ingénieurs, sur la base de la théorie quantique, construisent des objets utiles (par exemple, des lasers). Mais dès ses premiers jours, la théorie quantique a également suscité des réflexions philosophiques. De nombreux grands physiciens qui ont été les pionniers de la théorie quantique, ont également contribué à des écrits philosophiques et mystiques (Wilber, 2001). Leurs travaux scientifiques les ont conduits à une série de paradoxes qui les rendent perplexes (Aharonov & Rohrlich, 2008) et leur ont ouvert des perspectives qui les ont incités à aller au-delà de la science.

Les raisons de ce « tournant philosophique » sont multiples. L'une d'elles pourrait être que, dans l'interprétation « traditionnelle » de la physique quantique, la théorie offre un modèle où la nature a deux faces : une superposition enchevêtrée de diverses possibilités, d'une part, et des états « effondrés » avec des résultats mesurés définis, d'autre part. En fait, cette double perspective a été discutée à plusieurs reprises dans la philosophie naturelle.

« Natura naturans » et « Natura naturata »

À titre d'exemple, nous pouvons considérer Baruch de Spinoza (1632-1677). Dans son Éthique (Partie I, Prop. 29, Scholium), il introduit les termes de « Natura naturans » et « Natura naturata ». Steven Nadler (2020) écrit :

[Selon Spinoza,] il existe deux aspects de la nature. D'abord, il y a l'aspect actif, productif de l'univers [...]. C'est ce que Spinoza [...] appelle Natura naturans, la « Nature naturante ». [...] L'autre aspect de l'univers est celui qui est produit et soutenu par l'aspect actif, Natura naturata, ou « Nature naturée ».

Notre attitude envers les expériences – que ce soit dans la description de notre vie quotidienne ou dans les activités scientifiques empiriques – conçoit les choses de la nature comme des objets. Nous créons des constructions qui sont définies, délimitées et indépendantes les unes des autres et nous attribuons nos expériences à ces constructions. Ensuite, notre raison les relie, détermine les causes et les effets et observe les corrélations. Tout cela est utile et possède sa valeur et sa validité cognitive et pratique. Mais cela se concentre évidemment sur la Natura naturata, la nature en tant que structure extérieure donnée.

Mais alors, nous demeurons avec la question : qu'est-ce que Natura naturans, la nature dans son devenir ? Et avons-nous une quelconque relation avec elle, un quelconque accès à elle ? Il faut savoir que Spinoza pose l'équation « Deus sive natura », « Dieu ou nature » (Éthique, Partie IV, Prop. 4, demonstratio). Si l'on suit cette équation, alors la question de la Natura naturans n'est rien d'autre que la question de la force divine immanente en tout.

Entre autres, les idéalistes post-kantiens ont perçu les idées de Spinoza. Spinoza, dans sa vision du monde, voyait le Divin comme une force immanente. Beaucoup le considéraient comme un athée et les traditionalistes rejetaient sa philosophie. Mais d'une certaine manière, c'est ce point de vue qui a également rendu son approche attrayante pour les idéalistes. Un exemple de la réflexion de Spinoza peut être trouvé chez August Schlegel (1767-1845). Katia Hay (2020) écrit : « Schlegel soutient que [...] tout participe à un processus continu de création, alors que, d'un point de vue empirique, les choses naturelles sont conçues comme si elles étaient mortes, fixes et indépendantes du Tout. Cela signifie que [...] la nature n'est pas perceptible de la même manière que les objets du monde. [...] Schlegel a fait valoir succinctement que la compréhension de la véritable essence de la nature ressemble davantage à un pressentiment (Ahnen) ou à une contemplation esthétique qu'à une connaissance scientifique ».

Dans cette perspective, nous voyons un contraste frappant avec l'attitude « objective » envers la nature : la Natura naturans est caractérisée comme un processus continu de création, une formation continue, un flux de réalités émergentes. La Natura naturans est un mouvement « poétique » qui génère l'actualité à partir de la potentialité – pour le formuler dans les termes d'Aristote (Met. 3.6.5-6, 9.1-9).

Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling (1775-1854), dans sa Naturphilosophie, considère que la division kantienne entre la « nature apparente » et la « nature en soi » résulte du fait que la nature, dans les jugements cognitifs, devient un objet en opposition au sujet connaissant. Schelling insiste sur les forces dynamiques vivantes de la nature, y compris celles de l'homme. La nature possède une puissance productive qui la pousse à sa réalisation. Chez l'homme, il s'agit d'abord d'une puissance inconsciente et obscure, qui constitue néanmoins la base de sa liberté et de sa réalisation personnelle.

Même s'il existe de nombreuses subtilités dans la façon dont les idéalistes ont perçu et réinterprété la Natura naturans, nous pouvons voir à nouveau une distinction claire entre la nature en tant qu'objet de description et de jugements cognitifs, d'une part, et la nature en tant que réalité vivante et toujours créative, d'autre part.

Enfin, il existe un parallèle remarquable avec la philosophie chinoise ancienne. Dans le tout premier verset du Tao Te King, nous lisons : « le sans nom est la réalité éternelle. Le fait de donner un nom est l'origine de toutes les choses individuelles ».

Le monde manifeste et objectif, la Natura naturata, est considéré comme le résultat de cette « dénomination », qui est « mère de toutes choses ». La Natura naturans est « la réalité éternelle » ou le créateur du ciel et de la terre. Et pourtant, dans le même verset, Lao Tseu souligne que les deux découlent de la même source, d'une seule Natura. Une fois de plus, nous voyons une double approche, un aspect vital, vivant et « indicible » et le manifesté comme résultat observable et objectif de l'émanation.

Les sciences naturelles se concentrent sur la nature en tant que système d'entités et de relations objectives, descriptibles et mesurables, c'est-à-dire sur la Natura naturata. Avec la physique quantique, la structure même de la théorie suggére une double description de la nature, avec des états enchevêtrés et effondrés. Un état dans un espace de Hilbert peut être plus sobre que le concept « opalescent » de Natura naturans ; mais les deux faces de la théorie quantique pourraient être quelque chose comme un « écho structurel » de Natura naturans et Natura naturata, qui a déclenché l'intérêt philosophique et mystique des physiciens quantiques.

Le flux de la réalité émergente

Nous pourrions aller plus loin dans de nombreuses directions. Nous pourrions examiner plus en détail la pensée de Spinoza. Nous pourrions considérer le rôle de Natura naturans dans l'idéalisme et discuter de ses parallèles avec la pensée orientale, par exemple la description de la nature dans la philosophie chinoise comme sheng sheng bu xi (生生不息) : générer, engendrer, ne jamais cesser (Perkins, 2019). Nous pourrions également examiner d'autres implications de la physique quantique.

Mais pour cet article, il serait peut-être bon de souligner une autre perspective. Nous ne vivons pas à l'époque du rationalisme (Spinoza), ni du romantisme (Schelling), ni de la première modernité (mécanique quantique). Nous vivons aujourd'hui et pouvons nous demander : qu'est-ce que tout cela a à voir avec ma vie, avec ma pratique, ma quête, mes expériences directes ?

Si, pour un instant, nous prenons au sérieux l'idée de Natura naturans, si nous sentons que la réalité est créée et recréée comme un présent palpitant, toujours en devenir, nous pouvons nous rendre compte que nous trouvons ici une trace de quelque chose que nous pouvons expérimenter directement et pleinement. Notre conscience participe effectivement – dans certaines circonstances – au processus continu de création. Quelque chose en nous – en fait, pas notre ego – fait partie de la Natura naturans, est une pure activité et appartient au lieu où la réalité se forme.

Nous pouvons reconnaître l'approche des sciences naturelles qui consiste à examiner la nature extérieure et manifeste, tout en ayant intérêt à nous tourner vers le processus de création qui précède le manifesté. Nous pouvons explorer notre rôle dans ce processus de devenir, nos possibilités de conscience et d'attention dans ce flux incessant. L'une des expressions intéressantes et très modernes est l'accent mis sur le moment présent, car cette puissance immanente est présente ici et maintenant, dans la situation dans laquelle nous nous trouvons, personnellement, historiquement, avec tous ses défis et ses possibilités.

Il ne s'agit pas d'une projection de la force créatrice vers un autre lieu, un autre temps, une autre personne ou une autre divinité. Il ne s'agit pas d'un « Deus ex machina », comme un dispositif énigmatique dans la mise en scène cosmique.

Parfois, nous pouvons écouter la musique de la nature, nous pouvons regarder la Natura naturata. À d'autres moments, nous réalisons que nous faisons également partie du processus d'écriture de cette musique ; nous sommes des compositeurs. Les deux rôles ont leur fonction. Tout changement, toute transformation émerge comme une expression de la Natura naturans, et nous pouvons être une partie consciente de ce processus de réalité émergente. Comme la Natura naturans est présente en nous, elle offre une perspective de travail bien différente de nos interventions dans les circonstances extérieures.

Il ne s'agit pas de spéculation ou de fantaisie. Il s'agit d'une autre forme de réalité immédiate. Et il s'agit de la possibilité d'une interaction entre ce que nous percevons comme une réalité donnée, avec le processus de formation de cette réalité. Ici, nous préférons écouter plutôt que parler, nous entrons dans un état particulier de connexion et d'amour, et nous entrons dans un espace qui est le royaume de la vraie liberté.

 

Références :

Aharonov, Yakir ; Rohrlich, Daniel (2008) : Quantum paradoxes. La théorie quantique pour les perplexes : John Wiley & Sons.

Cassirer, Ernst (2010, première édition 1923) : Philosophie der symbolischen Formen. Dritter Teil : Phänomenologie der Erkenntnis : Felix Meiner Verlag.

Görnitz, Thomas (2019) : Protyposis - eine Einführung. Bewusstsein und Materie aus Quanteninformation. Wiesbaden : Springer Fachmedien Wiesbaden.

Hay, Katia D. (2020) : August Wilhelm von Schlegel. Dans Edward N. Zalta (Ed.) ; The Stanford Encyclopedia of Philosophy. Été 2020 : Metaphysics Research Lab, Université de Stanford. Disponible en ligne à https://plato.stanford.edu/archives/sum2017/entries/schlegel-aw/, vérifié le 9/2/2020.

Laloë, Franck (2001) : Comprenons-nous vraiment la mécanique quantique ? Corrélations étranges, paradoxes et théorèmes. Dans American Journal of Physics 69 (6), pp. 655-701.

Nadler, Steven (2020) : Baruch Spinoza. Dans Edward N. Zalta (Ed.) : The Stanford Encyclopedia of Philosophy. Été 2020 : Metaphysics Research Lab, Université de Stanford. Disponible en ligne à https://plato.stanford.edu/archives/sum2020/entries/spinoza/, vérifié le 9/2/2020.

Perkins, Franklin (2019) : La métaphysique dans la philosophie chinoise. Dans Edward N. Zalta (Ed.) : The Stanford Encyclopedia of Philosophy. Été 2019 : Metaphysics Research Lab, Université de Stanford. Disponible en ligne à https://plato.stanford.edu/entries/chinese-metaphysics/, vérifié le 27/09/2020.

Schelling, Friedrich Wilhelm Joseph von (2003) : Ausgewählte Schriften : Band 2 : 1801-1803. Ueber den wahren Begriff der Naturphilosophie und die richtige Art ihre Probleme aufzulösen. 3. Auflage. Francfort-sur-le-Main : Suhrkamp.

Schelling, Friedrich Wilhelm Joseph von (1988) : Idées pour une philosophie de la nature en tant qu'introduction à l’étude de cette science : Cambridge University Press.

Stachowiak, Herbert (1973) : Allgemeine Modelltheorie. Wien : Springer.

Tamvakis, Kyriakos (2019) : Mécanique quantique de base. Cham : Springer Nature (Textes de premier cycle en physique).

Wilber, Ken (Ed.) (2001) : Questions quantiques. Écrits mystiques des grands physiciens du monde. Boston, Mass. : Shambhala.

back to home pdf share