Abstract

Le karma peut-il prendre fin ?

back to home pdf share

En termes simples, la loi du karma peut être traduite par la loi de cause à effet. Cette loi implique que chaque action évoque un résultat qui est en accord avec la qualité inhérente à l'action initiale. Dans l'enseignement bouddhiste, la loi du karma est associée à la croyance en la réincarnation et en la roue de la vie et de la mort. Dans cet article, nous nous proposons d'examiner sans préjugés l'actualité de la loi du karma dans notre vie quotidienne. Ce faisant, une question se pose : est-il possible pour un être humain de transcender cette loi et d'entrer dans un tout autre ordre ?

Pour commencer, la loi de cause à effet est la plus apparente dans ses expressions dans la nature. Toute force apparaissant dans la nature a un effet irrévocable en accord avec les lois de la nature. Par l'observation simple des mécanismes de la loi de cause à effet dans la nature, on ne peut distinguer en elle une partie bonne et une partie mauvaise. Ce que l'on voit n'est que le déroulement effectif de l'interaction des forces de construction et de destruction. Ces forces agissent depuis le domaine planétaire du macrocosme jusqu'au domaine cellulaire du corps humain, par exemple. Outre ces deux forces, un observateur attentif pourrait percevoir une troisième force dans la nature, que l'on pourrait qualifier d'harmonie ou d'ordre divin. C'est cet ordre divin global qui permet à la vie telle que nous la connaissons de s'exprimer sous des formes toujours plus complexes et subtiles.

La loi de cause à effet est ancrée dans la logique de notre pensée

Outre son expression dans la nature, le principe de la loi de cause à effet est également ancré dans la logique de la pensée humaine. On pourrait dire que l'ordre extérieur apparent que l'on appelle cause et effet a profondément façonné notre façon de penser. Tout le monde pourra confirmer par lui-même que la pensée humaine ordinaire suit les lignes linéaires de ce principe. On peut donc dire qu'il est inconsciemment ancré dans l'activité de notre esprit comme la conception du passé se déplaçant à travers le présent vers l'avenir.

À l'extérieur, en tant qu'êtres humains, nous sommes constamment confrontés à de nouvelles situations auxquelles nous devons répondre. Et nous réagissons à ces défis en fonction de nos connaissances et expériences acquises, que l'on pourrait aussi appeler le passé accumulé. Cette réaction issue de notre propre passé informe l'action dans le présent et forme par conséquent l'avenir. Il est donc naturel que ce futur soit directement lié à notre passé et qu'il soit en accord avec la qualité de nos propres expériences accumulées et de notre état d'être. Le processus décrit pour faire face aux défis extérieurs, qui, sur le plan pratique, est incontestablement bon et nécessaire, est généralement aussi appliqué par nous à notre vie intérieure – la vie de l'âme. Nous appliquons un principe du domaine de l'espace-temps à un être potentiellement intemporel.

En d'autres termes, nous relevons les défis et les forces internes qui surgissent en nous – comme les émotions, les désirs, les peurs et ainsi de suite – avec nos connaissances et nos expériences accumulées, avec notre propre petit passé. En nous appuyant sur cette base du passé, nous essayons de surmonter, de manipuler ou de diriger ces aspects soi-disant intérieurs. Ce faisant, nous nous lions au temps et à la loi du karma et continuons à tisser son fil en nous.

Il est assez simple de constater que nous agissons sur notre monde intérieur par le biais du passé accumulé. Ce qui n'est peut-être pas si évident, c'est que la base à partir de laquelle nous agissons dans ce processus ne subit aucun changement significatif. Les connaissances accumulées peuvent augmenter, l'expérience acquise sous forme de mémoire peut se développer légèrement, mais la nature réelle de notre action reste la même. C'est toujours le même mouvement d'accumulation, de fragmentation, de confusion, d'intentions conscientes et inconscientes qui se projettent dans l'avenir et tentent d'exercer sur lui une influence.

Ce qui est décrit ici comme étant le passé est par essence ce que nous sommes et à partir de quoi nous vivons. C'est enfin ce que nous appelons "je" et "mon". Cela comprend mes souvenirs, mes expériences, mes croyances, mes conceptions, mon parcours, mes souhaits, mes problèmes, mon plaisir, ma peine, mes biens, mes réalisations. C'est ce mouvement du moi – du passé – qui sous-tend la loi de cause à effet, la loi du karma.

Est-il possible de rencontrer le présent sans être influencé par le passé ?

Si nous parvenons à comprendre ce fait – par l'observation pure – il devient clair que la fin du karma réside dans la fin du soi, de l'ego. La fin du karma humain réside dans une relation avec le présent, qui n'est pas le produit du passé, mais qui est libre du passé. De cette compréhension découle immédiatement une question simple : est-il possible de rencontrer le présent sans être influencé par le passé ? Sans hypothèses, concepts, conclusions, jugements et comparaisons ? Est-il possible d'être conscient du moment présent sans vouloir lui donner une certaine direction ? Parce que toute direction auto-projetée fait partie du passé, fait partie du conditionnement du moi. Cet état de conscience sans choix est, par essence, la porte de la connaissance de soi.

Dans la connaissance de soi, toutes les intentions, toutes les peurs, tous les désirs doivent être révélés à la conscience humaine comme "ce qui est", par pure perception. Permettre à la condition humaine d'être révélée de cette manière est le témoignage sans paroles de "ce qui est" à Dieu. Bien qu'en vérité la condition humaine ne soit pas cachée, il faut voir la simple vérité de "ce qui est" avec les yeux de Dieu, pour que la séparation fondamentale entre Dieu et l'humain prenne fin. Jakob Böhme l'a exprimé ainsi : " Là où tu es silencieux, tu es ce que Dieu était avant d'être nature et créature, à partir duquel il a créé ta nature et ta créature. Ainsi, tu vois et tu entends avec ce que Dieu a entendu et vu avant que ta propre audition, ta propre vision et ton propre désir ne commencent." Dans ce processus de connaissance de soi, il y a un soutien par des individus ou des groupes qui, en raison de leur état intérieur, sont capables d'aider.

Investigation sans préjugés

L'esprit de ce type de recherche sans préjugés est toujours libre du passé. Dans son investigation, il ne se réfère pas intérieurement à ce qui a été. Mais il est attentif, il pose des questions et il est donc susceptible de comprendre le présent. Ce n'est que dans ce processus de mort constante au passé – amour et perspicacité – que quelque chose d'entièrement nouveau peut naître dans la tête et le cœur de l'homme, d'où jaillit une nouvelle action.

L'être humain est par essence un champ de création divin. Cependant, nous vivons généralement dans un état où l'ego, le moi, agit comme un créateur dans ce champ de création. De cette façon, le moi recrée continuellement son propre être limité qui est le passé, qui est du temps. C'est la volonté du moi qui engendre cette forme de création. Ce processus ayant lieu dans la conscience humaine est la cause de l'asservissement fondamental de l'être humain à la loi de cause à effet, la loi du karma.

Grâce à la compréhension de la simple conscience, un espace de silence s'ouvre, un espace de sensibilité à l'ordre global de la création divine. Lorsque l'esprit et le cœur de l'homme s'ouvrent de cette manière, non encombrés par les mouvements du passé, l'ordre divin, la volonté divine, peuvent briller toujours plus profondément dans le sanctuaire de notre tête, et pénètrent à partir de là, dans un processus continu, dans tout notre système et toute notre sphère de vie.

Le processus décrit est comparable à la floraison d'une rose dans un lieu de silence, de "non-être". La création se déploie, libérée du temps et de l'espace de notre ordre naturel, et une nouvelle conscience peut naître, libérée du bien et du mal, libérée du moi. L'ordre divin touche alors des aspects toujours plus profonds de l'être humain, des aspects qu'il tenait lui-même fermés auparavant. En raison du changement fondamental décrit dans l'être humain, nous commençons à vivre dans ce champ de l'ordre divin et à participer au mouvement de la création divine. Par conséquent, de la même manière, nous sortons de l'ancien ordre du karma. Les liens du karma sont dissous dans ce processus continu de transformation.

back to home pdf share