salmons

Le temps de votre vie

back to home pdf share

 

L'horloge et le "timing" de votre corps ne sont pas les seuls à compter. Tout dans le cosmos est très précisément "chronométré" et la variation du timing dépend, entre autres, du facteur de gravitation. De plus en plus de scientifiques considèrent la gravitation comme quelque chose de similaire au magnétisme. Quoi qu'il en soit, les règles de corrélation entre le temps et la gravitation sont les mêmes partout dans l'univers visible. Aussi précise que soit notre horloge interne, lorsque la gravitation diminue, le temps et tous les processus liés au temps se modifient également.

Ainsi, si nous examinons de plus près l'horloge biologique de notre corps, nous constatons qu'elle n'est pas entièrement statique. Nous savons également qu'elle peut se déséquilibrer, par exemple, lorsque nous voyageons rapidement entre différents fuseaux horaires. C'est ce qu'on appelle le "décalage horaire", en référence au mode de transport longue distance le plus courant - l'avion - qui en est à l'origine. Mais nous pouvons déjà avoir des problèmes avec nos rythmes diurnes et nocturnes si nous nous rendons dans un pays où la différence entre les heures de clarté du jour n'est que de deux ou trois heures. L'élément clé ici est la lumière du jour. L'horloge de notre corps est guidée par deux facteurs importants. Le premier est basé sur nos gènes, le second est la lumière du soleil ou le rythme entre le jour et la nuit ou encore, la présence ou l'absence de luminosité.

On peut se demander s'il n'existe pas un seuil de tolérance en dessous duquel cela n'affecte pas vraiment notre vie, puisque de nombreux jeunes, par exemple, dorment jusqu'à l'aube, préfèrent se lever plus tard et prolonger leur journée jusque tard dans la soirée. Nous observons une préférence similaire dans les pays au climat plus chaud, car il est tout simplement difficile de travailler et de vivre pendant plusieurs heures sous la lumière vive et la chaleur torride du soleil. Cependant, si l'on considère la tendance de notre corps à maintenir l'équilibre, il préfère fonctionner comme une montre suisse, car tous les processus biologiques peuvent alors fonctionner de manière optimale.

Lorsque nous examinons l'aspect de nos gènes et de l'équilibre biochimique, nous constatons que les hormones et les substances chimiques jouent le rôle principal de facilitateurs, c'est-à-dire qu'elles permettent les processus connexes. Des substances telles que la mélatonine sont étroitement liées à la présence ou à l'absence de lumière et nous permettent de dormir correctement et suffisamment longtemps. Dans toutes les cultures et à toutes les époques, les gens ont mis au point des méthodes pour "dérégler" cette partie de l'équation de l'horloge équilibrée. Nous le faisons pour diverses raisons. Pour ce faire, nous pouvons consommer une variété de substances toxiques. Recueillons quelques autres exemples de variantes de cet équilibre, de leurs seuils de tolérance et de leurs fonctions, puis voyons si et comment ce sujet peut receler une pertinence spirituelle.

Chaque espèce de vie possède également un tampon pour protéger sa propre horloge, principalement à des fins de survie. Ralentir la fréquence de l'horloge est quelque chose que de nombreux poissons peuvent faire. Leur objectif peut être de survivre dans un lac en hiver en s'adaptant à une température de quatre degrés Celsius, la température de l'eau la plus dense, et donc de créer une couche d'eau au fond du lac qui ne gèle pas. Ce n'est pas un tour facile à réaliser pour ces poissons. En plus d'un métabolisme et d'un rythme cardiaque plus faibles, un antigel est ajouté au sang, ce qui constitue un phénomène biologique intriguant.

Les crocodiles peuvent ralentir le rythme de leur horloge à un point tel qu'ils peuvent survivre jusqu'à six heures d'affilée sans respirer, avec un rythme cardiaque de seulement trois battements par minute. Ils peuvent également passer un an, voire deux, sans manger si nécessaire. Selon les scientifiques, c'est la raison pour laquelle cette race de dinosaures a survécu à l'impact d'une comète, il y a 65 millions d'années, qui a entraîné l'extinction d'environ 90 % de toute vie sur terre.

Le corps humain, lui aussi, est doté d'une horloge de survie. Elle tourne et tourne ; elle ne s'arrête pas si vous avez une mauvaise journée ; elle ne tourne pas deux fois plus vite si vous êtes heureux. Elle fournit une stabilité et un tampon afin que vous, en tant qu'être humain, puissiez traverser tous les hauts et les bas et toutes les variations de la vie. Dans quel but ?

Toute forme de vie existe dans un but, et le renouvellement de la vie est un tel but. Les éléments de stabilité dans le temps et de capacité à supporter des circonstances diverses interagissent les uns avec les autres afin d'obtenir le résultat souhaité et d'atteindre un but dans la vie. Si nous prenons à nouveau des exemples, il devient plus facile de comprendre cela. Une autre espèce de poisson - le saumon de l'Atlantique - remonte à un certain âge une rivière, la même dans laquelle il est né et qu'il peut retrouver, même s'il a parcouru une distance incroyable en pleine mer depuis sa naissance. Et puis ce poisson meurt après ce formidable effort - pour donner vie à la génération suivante - en suivant son horloge interne très précise, avec l'objectif correspondant et un minuteur incorporé pour chaque période essentielle de sa vie. Nous savons que le saumon meurt après avoir remonté la rivière et permis à sa progéniture de naître.

Mais pourquoi ce long cycle de vie dans l'océan ? La lutte fait partie de son développement. La force et l'endurance du saumon, développées au fil de ses années de nage dans les océans, sont nécessaires pour atteindre son but et refermer le cercle. Si un organisme était dépourvu d'horloge interne synchronisée à l'environnement dans lequel il vit, son objectif vital ne pourrait être atteint et sa survie deviendrait rapidement impossible.

Les humains ont également des cycles de vie, et nous choisissons nous-mêmes nos objectifs - du mieux que nous pouvons, du moins. Pour rester dans dans le cadre de l'exemple que nous venons de donner, nous avons, nous aussi, une phase de vie qui est biologiquement optimale pour transmettre la vie. Cela ne fonctionne pas toujours, mais même si c'est le cas, nous ne mourons normalement pas après l'avoir fait. Nous restons avec notre progéniture. L'un de nos objectifs est d'assurer la survie de nos enfants, mais aussi de leur transmettre des compétences et des connaissances, et de leur permettre de développer leur propre vision de la vie et de leur rôle dans celle-ci - quel qu'il soit.

Un être vivant qui vieillit et entre dans une phase d'adieu lent à la vie ne peut jamais contrôler la vie de la génération suivante, mais seulement la rendre possible. Dans notre cas, nos enfants apprennent souvent des choses que nous n'avons jamais remarquées et ils peuvent les apprendre de sources dont nous ignorions l'existence. Nos enfants ne sont pas de simples copies de nous-mêmes ; ils sont quelque peu ou très différents et tellement à part... ainsi nous pouvons donc apprendre d'eux. Vraiment beaucoup.

La vie a un prix, mais elle donne toujours quelque chose en retour. Et si nous réussissons, si nous atteignons nos objectifs, que ce soit pour rendre possible une nouvelle vie ou autre chose, nous sommes comblés. La lutte peut être récompensée par une sorte de création, de nouvelles perspectives, de nouveaux aperçus, de grandeur et de gratitude. Si nous examinons ce qui nous comble le plus, ce n'est pas seulement le fait de permettre une nouvelle vie, mais peut-être encore plus la profondeur de notre relation avec les autres. Les sentiments que nous partageons, les pensées que nous échangeons, l'inspiration que nous recevons les uns des autres... et une certaine découverte de la sagesse serait certainement un grand atout.

Vous pourriez dire : "mais certaines personnes sont nuisibles et négatives - qu'en est-il de cet aspect ?"  En effet, celui qui détruit ou bouleverse l'équilibre et peut-être la vie elle-même, ne peut pas susciter le bonheur et la gratitude. Tout a des conséquences. La plupart d'entre nous le comprennent et font des choix judicieux. Dans une vie humaine, il y a de nombreux choix que nous devons faire, et ce n'est qu'après coup que nous apprenons à quel point ils étaient judicieux ou non.

Nous ne pouvons pas juger de l'objectif d'une autre espèce ni du but d'une autre personne dans la vie, mais nous pouvons essayer de le comprendre. Lorsque nous trouvons notre propre but ou formulons nos objectifs, nous ne pouvons pas toujours l'expliquer facilement à quelqu'un d'autre. C'est parce que nous sommes seuls à nous connaître de l'intérieur et à comprendre que cette expérience de première main nous a permis de découvrir qui nous sommes et ce que nous voulons faire de notre vie. Toute autre personne ne peut nous voir, nous entendre ou nous sentir qu'indirectement.

Nous avons cependant besoin de cet échange avec les autres, aussi indirect soit-il. Nous voulons que les autres nous comprennent et si nous sentons que nous y arrivons et que notre compréhension d'une autre personne grandit de la même manière, cela peut être une grande joie ou un grand soulagement.

Tout cela prend du temps, et si tous les mécanismes intrigants destinés à maintenir l'équilibre et à nous garder en phase avec le temps et notre planète ne fonctionnaient pas bien, nous ne tiendrions pas assez longtemps pour atteindre notre but.

Dans tout cela, la stabilité de notre corps physique et de son horloge interne est incroyablement importante, car elle soutient tous les aspects de notre existence. Si notre horloge interne était déréglée, nous ne serions bientôt plus capables de dormir correctement ou d'être vraiment en éveil. Nos sens, notre cœur et notre cerveau cesseraient également de fonctionner correctement. Comment serions-nous alors en mesure de maintenir notre orientation dans la vie ou nos relations, qui sont si importantes pour nous ?

Notre compréhension intérieure la plus profonde du monde et de l'univers reste la nôtre, toujours. Elle fait partie de notre vie et nous devons avoir le courage et la force de la mettre à l'épreuve tous les jours jusqu'à la fin de notre voyage dans l'existence. Notre compréhension du monde nous permet de trouver de nouvelles voies, de comprendre quelles sont nos possibilités et ce que nous pouvons et ne pouvons pas faire. Nous grandissons dans notre compréhension, nous doutons, nous apprenons de nouveau. Les résultats obtenus à chaque période de notre vie nous indiquent si nous avons vu juste et si nous pouvons continuer à construire et à réaliser notre plan et en atteindre la prochaine étape.

Le chemin, disent certains, est la destination. Souvent, nous ne savons pas exactement quelle est notre prochaine étape... mais le chemin lui-même est toujours là. Comme l'horloge en nous qui assure la stabilité, le chemin révèle les options et nous montre ce qui est réel et ce qui est du domaine du rêve... et lequel de nos rêves pourrait, par conséquent, devenir réalité.

Un jour, l'horloge de notre corps s'arrêtera, et nous verrons s'il existe une autre horloge et un autre univers. S'il y en a un, il existera très probablement dans son propre temps et son propre équilibre pour permettre un chemin vers le prochain objectif.

 

back to home pdf share