hardships

"Les épreuves de la vie sont des cadeaux de la Grâce"

back to home pdf share

 

Un petit livre écrit par Ibn 'Ata' Allah, et aujourd'hui connu sous le nom de Hikam [Paroles de Sagesse], est devenu très célèbre. Comme l'a dit le maître soufi al-Mursi, il transmet la quintessence de la plus grande œuvre soufie contemporaine du Moyen-Âge arabe, écrite par Abu Hamid Muhammad al-Ghazali († 1111) : Ihiyah Ulum ad-Din [Renouvellement de la science sur la religion]. Parmi les collections de Hikams arabes, celle d'Ibn 'Ata' Allah est la plus répandue, et reste aujourd'hui une source d'inspiration pour quiconque est en quête d'une foi profonde et ferme.

Ibn 'Ata' Allah est né en 1252 à Alexandrie, en Égypte. Descendant d'une famille de savants, il fut d'abord parmi les opposants à la voie mystique. Lorsqu'il avait environ 20 ou 25 ans, il rendit visite à Abu'l'-'Abbas al-Mursi. Sa conversation avec lui a transformé Ibn 'Ata' Allah. Il a rejoint les disciples d'al-Mursi et finalement, à la mort d'al-Mursi en 1288, il est devenu son successeur.

Le livret commence par une critique sévère à l'encontre de ceux qui considèrent encore comme importantes leurs propres œuvres - et sont donc déçus lorsqu'ils n'ont pas de succès. Ibn 'Ata' Allah ne cesse de le répéter :

C'est Dieu qui agit vraiment :

N'attendez pas de récompense pour une œuvre que vous n'avez pas faite vous-même.

Le fait qu'Il accepte votre travail est une récompense suffisante.

- (Verset 114)

Dans les moments de profonde obscurité de l'âme, et lorsqu'il ne reçoit plus d'aide des autres, l'homme fait l'expérience que Dieu est le seul à qui il puisse s'adresser.

Il peut arriver qu'à partir de l'apparente morosité de cette expérience, il reçoive des fruits spirituels plus grands que ceux que le plus formidable succès du Monde aurait pu lui donner.

Rien ne peut implorer en votre nom de manière aussi frappante que l'affliction,

et rien ne vous apporte des dons de grâce aussi rapidement que la disgrâce et le besoin.

- (Verset 121)

Il peut arriver que l'obscurité s'empare de vous

afin qu'Il vous fasse percevoir la valeur de Ses dons pour vous.

Qui ne saisira pas la valeur de Ses bénédictions pendant qu'elles sont là,

la comprendra quand elles lui manqueront.

- (Verset 185)

Pour Ibn 'Ata' Allah, Dieu reste toujours transcendant - même dans un moment où l'homme sent qu'Il est « plus proche de lui que la veine de son cou », comme le dit le Coran (Sourate 50:16).

De nombreux maîtres soufis parlent de l'Homme parfait, ce qui signifie que les attributs divins de Dieu peuvent évoluer en l'homme s'il s'abandonne complètement à Dieu. La "réalité unique" peut alors s'élever en lui. L'homme parfait n'agit pas à partir de lui-même. Il s'est perdu en Dieu. Tout ce qu'il fait est fait par Dieu à travers lui.

Les mystiques perses disent : de la nuit noire apparaît le "Soleil de minuit". - Ibn 'Ata' Allah relie de nombreuses pensées au Verset de la Lumière du Corān (Sourate 24:35), où Dieu est désigné comme la "Lumière du Ciel et de la Terre" qui brille à travers une lampe placée dans une niche.

Dieu a prononcé le premier mot lorsqu'Il s'est adressé aux Hommes dans l'Éternité Première de leur existence encore incréée : "Ne suis-je pas votre Seigneur ?". - Et les Hommes, encore dans l'incréation, encore dans les royaumes spirituels, répondirent : "Oui, nous le vérifions" (Sourate 7:171) - C'est ce qu'on appelle l'accord premier. Et plus loin, c'est Dieu qui prend l'initiative :

L'homme négligent se demande le matin : "Que vais-je faire ?".

L’homme de raison regarde au dehors et dit : "Que va faire Dieu de moi maintenant ?"

- (Verset 106)

Pour Ibn 'Ata' Allah, comme pour ses prédécesseurs et ses disciples, le meilleur moyen de se rapprocher de Dieu et d'exprimer son amour et sa gratitude envers Lui, est le souvenir de Dieu (Dhikr). Il a également écrit un livret sur l'utilisation des 99 plus beaux noms de Dieu, selon les diverses étapes de l'évolution spirituelle (dans La clé du salut). Ibn 'Ata' Allah recommande à ses lecteurs de ne pas croire qu'à un moment précis, il puisse se passer autre chose que ce qui se passe effectivement. Le dévot trouvera une signification à tout ce qui lui arrive ou se produit. Pour lui, même les difficultés deviendront "un tapis plein de grâce".

Le cosmos n'est que ténèbres.

Seule la présence lumineuse de Dieu en lui l'illumine.

Celui qui regarde ainsi le Cosmos et ne le voit pas Lui,

en lui, ou avec lui, ou avant lui, ou après lui,

celui-là manque de toute lumière,

et les soleils de la connaissance sont cachés devant lui

par les nuages des signes créés.

- (Verset 14)

 

 

Source principale : Ibn 'Ata' Allah, Bedrängnisse sind Teppiche voller Gnaden [les difficultés deviennent un tapis plein de grâce], traduction en allemand et préface d'Annemarie Schimmel, Fribourg (Allemagne), 1987.

 

back to home pdf share