Buddha

Les forces curatives du silence

back to home pdf share

Toute maladie recèle une impulsion évolutive. Nous pouvons le constater très clairement chez les enfants qui, après une maladie accompagnée de fièvre, ne présentent pas seulement une poussée de croissance physique, mais aussi un changement de caractère, c'est-à-dire un développement de leur personnalité.

Ce potentiel de devenir nouveau, qui est inhérent à toute situation de conflit pathologique, ne vaut pas seulement pour l'individu, mais aussi pour la collectivité. Il réside dans chaque crise.

En ce moment où une pandémie s'étend sur toute la planète comme une toile d'araignée, nous nous demandons tous ce qu'il y a à comprendre et surtout, ce que nous devons changer. Chez de nombreux êtres humains, il y a une impulsion – inconsciente ou consciente – pour transformer notre extériorité superficielle, et notre consommation avide de toujours plus de luxe, en une intériorisation qui nous fera reconnaître le sens de notre existence et qui pourra accepter la responsabilité de toute vie sur cette planète. Enfin, notre ego hybride, qui se comporte comme le seigneur de ce monde, comprendra que nous sommes tous interconnectés ; que nous sommes, en tant qu'humanité, un organisme à qui cette planète a été prêtée en tant que champ de développement. Ainsi, nous pouvons aussi comprendre qu'en fait, tout ce que nous infligeons à l'autre, nous l'infligeons à nous-même. Nous pouvons enfin faire l'expérience que la qualité de nos pensées, de nos sentiments et de nos actes se répand dans le champ de conscience global et détermine notre avenir ainsi que celui de tous nos semblables sur cette terre en tant que force créatrice.

Ainsi se pose la question angoissante : que devons-nous faire et, surtout, que devons-nous cesser de faire pour nous libérer de cette impasse fondamentalement maladive ? La première étape est une transformation fondamentale de notre perspective de vie, de l'extérieur vers l'intérieur.

Tant que mon intérêt et mon énergie sont concentrés sur le monde extérieur, le regard vers l'intérieur, vers mon véritable moi, est bloqué.

Avant de pouvoir ouvrir la porte du noyau le plus profond de mon être, qui est caché dans mon cœur, il faut que le silence s'installe. L'ego bruyant, ses pensées, ses souhaits, ses volitions et motivations doivent être réduits au silence.

Un secret salvateur est caché dans le silence

Le type de silence dont nous parlons ici ne signifie pas simplement se taire (bien que cela puisse aussi être utile parfois...). Ce n'est que lorsque tout ce qui en nous est mis en scène par notre personnalité transitoire se tait que nous pouvons entendre la voix de notre véritable moi, notre âme immortelle. Et ce n'est que dans le silence profond que nous pouvons reconnaître ce vrai moi, afin qu'il puisse devenir actif en nous.

Tout comme le sommeil est bénéfique à notre corps, renforce nos nerfs et renouvelle nos forces, le silence intérieur conscient est bénéfique au corps et à l'âme. Il nous apporte la paix et la détente nécessaires ; il crée en nous de nouvelles forces et une harmonie de l'âme.

Pour plonger dans l'oasis intérieure du silence, il n'est pas nécessaire de s'isoler dans la solitude d'une montagne ou d'un monastère. Si nous apprenons à peser et à maîtriser nos nombreuses paroles, souvent superflues, et si nous entrons silencieusement dans le temple de notre cœur une demi-heure par jour, nous ferons l'expérience de la force curative bienfaisante du silence. Il nous libérera de notre souffrance psychologique, soulagera notre douleur physique et nous apportera une énergie et une santé nouvelles. Il nous offrira une paix profonde et une joie libératrice. Devant l'autel de notre cœur, nous écoutons le son silencieux de l'âme dans un profond silence. Dans ce silence, nous pouvons reconnaître notre prochaine étape et notre tâche immédiate et laisser tomber toutes les erreurs du passé.

Dans le silence profond, de grandes âmes ont eu leur illumination. De grandes et magnifiques pensées, qui ont orienté le destin de l'humanité dans une nouvelle direction, sont nées de cette façon dans le giron du silence. Les fondateurs de religions, les mystiques et les initiés ainsi que les sages de ce monde ont reconnu le secret salvateur du silence et ont vécu consciemment en fonction de celui-ci.

C'est dans la conscience de l'âme pure que sont posés les jalons de la guérison.

back to home pdf share