Boy, existense

L'existence : qu'est-ce que c'est ?

back to home pdf share

 

Rétrospectivement, je pense que j'ai facilité les choses. Soit vous croyez, soit vous ne croyez pas. Mais si vous êtes croyant, en quoi croyez-vous ? Ainsi vous ne vous serez pas débarrassé de la question si rapidement. Ensuite, vous devrez faire face à des millénaires d'histoire théologique, de martyrs, de guerres de religion, de persécutions d'hérétiques, de scissions d'églises et de scissions secondaires... Et aussi : si vous n'êtes pas croyant, en quoi ne croyez-vous pas ? Alors toute la science vous tombe dessus avec des discours sur le manque de preuves de l'existence de Dieu. C'est sans fin...

Laissez tout cela de côté, et essayez de formuler uniquement ce en quoi vous " croyez ". La foi est un terme qui, dans l'opinion publique, est associé aux institutions au sein desquelles une foi est professée. Les gens adhèrent à des règles, des lois, des directives, à une certaine forme de pensée et de récit au sujet de Dieu, à une certaine forme de culte, à une certaine forme de relation avec les " non-croyants ". Tout cela n'est que formes. Et si vous ne voulez pas de toutes ces formes ? Alors vous en arrivez à la croyance pure en " quelque chose de plus grand que vous ", "chose" à laquelle vous vous fiez, à laquelle vous voulez vous abandonner. Maintenant que les églises se vident en Occident, c'est devenu la tendance : "croire qu'il y a quelque chose".

LOGON présente de nombreux "visages" de Dieu. C'est positif. Cela fait penser à une déclaration : "Dieu est tout en tous". Vous pouvez ruminer cela pendant un moment. Si vous le laissez pénétrer profondément, vous vous rapprochez de la grandeur de cette pensée. Dieu est souffle, est vie, est conscience, est amour, est dans chaque atome, est le créateur de tout ce qui est, est "plus proche que les pieds et les mains".

Commençons par le commencement : le miracle qu'est la vie n'a toujours pas été résolu par la science. Qu'un bébé, dès sa naissance, commence à utiliser ses poumons, à respirer, et respire jusqu'à sa mort, c'est Dieu. Oui, tout sur Terre respire. Les forêts primitives sont les poumons du monde. Les humains utilisent de l'oxygène et expirent du dioxyde de carbone ; pour les arbres et les plantes, c'est l'inverse. Un cycle parfait : c'est Dieu. Et que fait l'homme ?

Toutes les 6 secondes, année après année, l'équivalent d'un terrain de football d'arbres est abattu, le cycle respiratoire est entravé. Faut-il s'étonner que les gens ne puissent plus respirer à cause d'une pandémie ? Et aussi l'équilibre de l'eau sur terre : la pluie qui s'écoule vers les mers et s'évapore dans les nuages qui se vident ensuite ailleurs sous forme de pluie, c'est un cycle parfait. C'est Dieu. Et que fait l'homme ? Il construit des barrages d'une taille inimaginable : le réservoir de la plus grande centrale électrique d'Afrique, en Éthiopie, sur le Nil, a finalement été inondé après six ans (!) ; il mesure maintenant 500 kilomètres de long et 30 kilomètres de large. Tout ça pour l'électricité. Les régions en aval reçoivent maintenant beaucoup trop peu d'eau, les sédiments ne se déposent plus, et ont été remplacés par des engrais chimiques. Les terres sont salinisées et leur rendement agricole est bien moindre. Ici aussi, le cycle respiratoire est largement détérioré. Faut-il s'étonner qu'il y ait une "guerre de l'eau" ? Dieu a bien d'autres visages. Lisez (par exemple dans le livre de Peter Wohlleben La vie cachée des arbres) comment les arbres en forêt communiquent impeccablement entre eux de sous terre, se protègent mutuellement, et comment les forts soutiennent les faibles. Et aussi : comment l'eau est le vecteur des émotions. De plus en plus de découvertes merveilleuses sont faites sur le divin en toute chose.

Dieu et l'homme

Il semble que les nombreux visages de Dieu ne sont pas visibles pour l'homme, qui continue de dessiner son propre plan de manière obstinée, même lorsque les choses menacent de mal tourner. À cause de tous les moteurs à combustion d'énergie fossile du monde réunis, sur terre, en mer et dans les airs, de toutes les centrales électriques, il s'avère que l'atmosphère se réchauffe trop ; des îles dans les océans ont déjà disparu, et des mesures sont prises. Mais pendant ce temps, les centres de données numériques, les bitcoins, les algorithmes, les réseaux 5G, les téléphones de plus en plus sophistiqués, le cloud (peu importe comment on l'appelle), demandent de plus en plus d'électricité. La faim mondiale d'électricité est insatiable. Le fait que chaque consommation d'énergie électrique coûte ici aussi de l'oxygène est considéré comme un facteur inévitable. Y a-t-il assez d'oxygène sur Terre ? Et on met le CO2 sous terre. La société dans son ensemble continue à se focaliser sur toujours plus, toujours plus. De plus en plus de dépendance dangereuse à l'électricité.

Que l'homme soit rappelé à l'ordre à cause de ce qu'il a lui-même engendré est aussi une certaine manière de voir Dieu. C'est par l'amour de Dieu que la conscience de l'humanité s'éveille alors que celle-ci est en train de transformer la Terre en une planète inhabitable.

Croire "qu'il y a quelque chose" est une formulation insuffisante. Croire que "tout est ainsi" parce que Dieu l'a voulu, c'est plus juste. Croire que l'humanité a reçu la Terre comme une école ; que faire l'expérience des contradictions, des compromis et des limites de ce monde matériel est nécessaire à cet apprentissage, c'est croire en Dieu, en l'intention divine. L'amour de Dieu donne à l'homme, encore et encore, des occasions de se tourner vers cette vérité. Croire en Dieu, c'est croire qu'il nous a été donné de comprendre qu'il s'agit de suivre l'amour divin, pour finalement s'élever au-dessus du monde des contradictions, pour revenir au monde de l'unité que nous avons volontairement quitté. C'est choisir une forme d'électricité infiniment supérieure : l'éther-feu électrique, qui peut nous mener vers un nouvel état de conscience. Si cet éther-feu peut pénétrer notre être, nous changerons, le noyau divin en nous pourra se déployer.

Il émerge alors une intense connaissance intérieure : Dieu est tout en tous. Il n'est plus nécessaire de prouver l'existence de Dieu. Par essence, il n'y a rien d'autre que Dieu. Et c'est vous.

 

back to home pdf share