Child

Né de la nécessité

back to home pdf share

 

Comment avez-vous trouvé cette idée, m'a-t-on demandé immédiatement lorsque j'ai dit cela à ma mère. Ma mère n'est pas du genre à penser, mais du genre à aimer, et c'est pourquoi je l'ai dit. Mais comment l'expliquer ? Je vais faire une tentative.

J'étais dans une atmosphère extrêmement harmonieuse, pas dans un corps, pour autant que je sache, mais j'étais là. C'est un souvenir clair, d'où découle tout le reste. Pourquoi quelqu'un passerait-il d'une atmosphère extraordinairement harmonieuse à un endroit où tout se contredit, où les gens se regardent souvent avec méfiance, essaient de tout obtenir pour eux-mêmes et se battent avec les armes les plus dangereuses qu'ils peuvent fabriquer ? C'est très illogique, n'est-ce pas ? On ne fait ça que par nécessité.

Tout le monde ne dispose pas d'une mémoire aussi précieuse, mais je suis convaincu qu'elle se cache dans chaque être humain. Je n'ai rien de spécial - il n'y a aucune raison de m'imaginer posséder quelque chose que quelqu'un d'autre n'a pas. De ma mémoire, je garde une croyance absolue (bien que ce mot manque cruellement de sens) en la justice. Tout est pour tout le monde. Rien n'arrive sans raison, sans but, même si cela peut sembler être le cas. Vous n'avez pas besoin de connaître le but ou la raison, il suffit de le savoir.

D'accord, me direz-vous, mais à quoi bon ? Vous devez savoir pourquoi vous vivez, sinon comment savoir ce que vous devez faire ? C'est ce qui est bien : j'ai découvert que si vous pensez savoir ce que vous devez faire pour atteindre votre objectif, cela vous mène généralement ailleurs que vers cet objectif. Vous pouvez le voir dans les matchs de football : lorsque le ballon entre dans le but, vous vous rapprochez de l'objectif de la victoire, mais ensuite l'objectif s'est déplacé vers un autre match, et un autre, et un autre, et cela ne s'arrête pas. Vous ne gagnez jamais vraiment. Alors peut-être que gagner n'est pas le but, ni devenir riche, ni être célèbre. En fait, tout ce genre de mouvement se poursuit sans fin. C'est épuisant. Même si vous ne voulez rien de plus que mourir, parce que vous avez poursuivi tous ces objectifs, alors vous devez revivre et cela continue encore et encore jusqu'au jour où vous vous arrêtez et regardez autour de vous. Qu'est-ce que tout cela ? Pourquoi est-ce que je fais ça ?

Il se peut alors qu'un coin du voile soit soulevé, et "soulevé" est le terme juste, car là où c'est le plus sombre sous les voiles terrestres, c'est le plus clair sous les voiles célestes. Un point de lumière apparaît, se pose quelque part. L'endroit où il se pose n'est pas important, c'est une question de connaissance. Ce qui importe, c'est qu'il ne vous quitte jamais. Partout où il fait bon vivre, où l'on peut s'enfoncer dans un fauteuil moelleux avec un verre à la main, ou bien où l'on peut se précipiter dans sa vie sans s'arrêter, il y a soudain ce petit point qui se montre un instant comme un éclair. Il peut vous signaler que vous vous comportez mal ou que vous êtes négligent, ou vous donner un conseil pour voir les choses différemment. Il peut aussi vous demander : voulez-vous vraiment passer votre temps ainsi ?

Vous n'avez pas à vous en préoccuper ; il n'exerce aucune pression. Mais vous le voyez.

Certaines personnes voient des mouches volantes, qui ne sont pas des mouches mais des taches, des dépôts dans leur liquide céphalorachidien. Si vous essayez de fixer une telle tache avec votre regard, elle s'envole sur le côté, vers le haut ou vers le bas. Vous ne pouvez pas la fixer. C'est la même chose avec cette "tache de lumière". N'essayez donc pas de la fixer. Elle survient quand c'est nécessaire. Elle change la donne, car elle interrompt votre routine, votre vie paresseuse, votre aveuglement sur ce qui est important. Et c'est un accélérateur, parce qu'elle vous soulève, vous remet debout et vous dit : "Vivez !". Elle le fait dans toutes les langues à la fois, de sorte que vous ne pouvez pas dire : "je ne comprends pas ça parce que je viens du sud", ou autre. Elle est audible pour les sourds et visible pour les aveugles. Elle fait marcher les boiteux... mais qu'est-ce que je dis ? N'avons-nous pas déjà entendu cela ? Oui, parce qu'elle ramène aussi les mots morts à la vie.

Les points de lumière peuvent être reliés comme un exercice dans un livre pour enfants : "reliez les points et vous verrez apparaître le dessin". Il se déploie un peu plus à chaque point, et sur le chemin du point 13, vous ne savez pas encore où se trouve le point 14. Vous ne savez pas non plus quelle sera la taille du dessin. J'en suis maintenant à un point où je pense que toutes les personnes contribuent à ce dessin, qui devient alors incommensurablement grand. Je fais ma part et chaque étape du chemin apporte des expériences extraordinaires.

La vie devient de plus en plus magique, plus légère et plus claire, plus impitoyable et plus miséricordieuse à la fois. De plus en plus de points lumineux apparaissent, si bien que je peux voir l'envers des choses. Il devient même plus léger que l'endroit. À côté de la sphère la plus superficielle de ma mémoire, il y a maintenant la sphère la plus profonde de mon présent.

Maintenant, la question a une réponse, le besoin est proclamé. L'harmonie vécue n'était pas la fin. Il y avait un désir, un désir inconnu, qui dominait tout. Il y a des couches de plus en plus hautes et profondes, des cercles de plus en plus larges, et je ne connais pas la fin. Peut-être n'y a-t-il pas de fin. Toujours accepter ce qui est offert, en toute confiance, c'est ma réponse à l'amour et l'amour est la vie.

Tu comprends, maman ?

 

back to home pdf share