people

Perception et conscience

back to home pdf share

 

À travers les différents âges de sa vie, chaque être humain vit dans son propre monde séparé, dans la solitude et la division. Chaque individu ne vit que pour lui-même et toute la nature porte l'empreinte de la vie égoïste de l'homme : le chaos est partout ! Le monde est devenu un cloaque, de nombreuses espèces animales et végétales ont disparu, et l'humanité menace la survie non seulement des autres êtres vivants mais aussi d'elle-même. En essayant de surmonter la solitude, les gens créent des familles, des tribus, des nations, notre société moderne, mais au fond les individus sont toujours divisés. Quelle en est la raison ? Elle peut être résumée comme suit : la vie de chaque personne est déterminée par la qualité de ses perceptions sensorielles et le développement de sa conscience. La question suivante se pose donc :

Que sont exactement la perception et la conscience ?

D'un point de vue analytique, la perception est une vision intérieure du monde et des personnes qui nous entourent, reçue par les organes sensoriels et réfractée par le miroir de la conscience. Toutefois, cette vision intérieure est assez imparfaite car les sens humains captent des impressions dans des plages relativement étroites, et l'image obtenue est donc plutôt incomplète. La conscience, quant à elle, détermine la façon dont les humains perçoivent le monde et eux-mêmes. Outre la partie consciente, il existe des parties subconscientes et inconscientes (telles que décrites par les travaux de Sigmund Freud). Le subconscient est la salle de stockage des souvenirs qui pourraient être plus facilement rappelés que les souvenirs inconscients et les expériences passées stockées beaucoup plus profondément dans le système humain. Cependant, le subconscient et l'inconscient ont tous deux un impact important sur la conscience et expliquent les réactions parfois étranges des gens dans certaines situations.

Ainsi, parce que les sens humains ont un champ d'action limité et que la conscience de l'homme actuel est égocentrique, c'est-à-dire qu'il se perçoit comme le centre de l'existence, les gens ne peuvent pas comprendre les autres, leur monde intérieur et la raison de leurs actes. Sur la base de la conscience égocentrique, la plupart des humains pensent toujours avoir raison dans leurs actes, même si aucun de ceux qui les entourent n'est de cet avis. Ainsi, les occasions et les événements qui leur profitent suscitent leur approbation, et ceux qui ne leur conviennent pas entraînent souvent des attaques et des critiques de leur part. De plus, l'éducation et la culture de la personnalité ne suffisent malheureusement pas à empêcher cela, car les résistances et les tensions intérieures sont une manifestation directe de la nature intrinsèque de l'ego, et même si elles ne se manifestent pas à l'extérieur, elles existent et sont dirigées vers le destinataire.

Ainsi, les gens se distancient les uns des autres, créent un espace entre eux et deviennent séparés et solitaires. Dans une telle situation, l'impact sous-jacent du subconscient et de l'inconscient sur la conscience pourrait également être perçu par l'observateur objectif. En effet, les sentiments et les émotions fluctuants de l'ego blessé pourraient s'expliquer, du moins en partie, par l'influence subtile de souvenirs et d'expériences passées, peut-être oubliés mais toujours présents au fond de soi.

Ce qui est intéressant, cependant, c'est que très souvent le destinataire de la critique susmentionnée n'est pas conscient de la négativité qui lui est adressée. Cela est dû en partie à sa perception sensorielle limitée, mais aussi au fait que, très souvent, ses actions n'étaient pas destinées à nuire à l'autre, même si ce dernier les percevait ainsi. Néanmoins, celui qui est critiqué ressent intuitivement l'attitude négative et y réagit avec une hostilité plus ou moins consciente. C'est pourquoi les grands maîtres spirituels de l'humanité recommandent de penser, de parler et d'agir positivement.

Malheureusement, cela reste impossible en raison de la structure de la conscience humaine - elle est polarisée et se déplace constamment entre les deux pôles extrêmes (par exemple, le bien et le mal, la joie et la peine, le bonheur et la tristesse, etc.) Ainsi, les tentatives de se maintenir sur un seul des deux pôles sont vouées à l'échec.

Bien entendu, les situations susmentionnées ne sont pas un secret pour les personnes qui prennent conscience d'elles-mêmes et du monde qui les entoure. Depuis l'Antiquité, il existe des exercices mentaux, des pratiques de méditation, etc. qui visent à créer un être humain parfait, qui se maîtrise et qui maîtrise le monde qui l'entoure. De cette façon, les gens parviennent à étendre leurs perceptions du monde matériel brut aux sphères plus subtiles de ce plan d'existence. En réalité, ces pratiques ne font qu'amplifier certains aspects des sens et de la conscience de l'homme et étendre leur champ d'action, en réalisant la clairvoyance, la clairaudience, etc. Elles ne modifient pas leur nature intrinsèque et ne peuvent donc pas résoudre les problèmes de l'humanité actuelle, qui sont nés de l'imperfection structurelle de la perception et de la conscience, entraînant un manque de compréhension des autres, mais surtout d'eux-mêmes.

Il est donc évident que la conscience et les sens de l'homme d'aujourd'hui sont très limités et que leur culture dans une direction particulière ne peut entraîner un changement fondamental. Néanmoins, ce changement est d'une nécessité vitale, bien que ce soit une tâche qui semble insoluble pour l'être humain actuel. Mais en est-il ainsi ?

La solution consiste à aller au-delà de l'individu naturel avec ses sens et sa conscience, et à rechercher une conscience complètement autre et nouvelle. En fait, cette nouvelle conscience n'est pas nouvelle du tout ; elle est même très ancienne. Toutes les écritures sacrées disent, parfois dans un langage plus ou moins voilé, que les humains viennent d'un monde supérieur et qu'ils ont le potentiel d'y retourner. Cependant, pour pouvoir accomplir cela, un changement complet de conscience est nécessaire, une renaissance "d'Eau et d'Esprit", comme Jésus l'a dit à Nicodème (Jean 3 : 3-7). On dit que les humains sont créés à l'image de Dieu (Genèse 1 : 27) et qu'ils portent donc en eux le potentiel de développement d'une conscience omniprésente, qui est l'une des caractéristiques de Dieu. Il s'agit d'une conscience dotée de nouveaux sens sublimes (Hébreux 5 : 14) qui pourraient pénétrer dans l'inconnu. La qualité la plus importante de cette conscience est qu'elle se perçoit comme une partie, une cellule du tout. Ainsi, on sera capable d'aimer et de chérir tout et chaque être comme on se chérit soi-même. Ainsi, l'incompréhension des autres et de soi-même, conséquence de la perception limitée et de la conscience égocentrique, disparaîtra, et avec elle toute cause de critique et de mécontentement. Et la personne qui aura réalisé son propre potentiel intérieur sera vraiment heureuse, en harmonie avec elle-même et le monde qui l'entoure et unie au Tout.

 

back to home pdf share