Tree harmony sea

Le développement spirituel de l'âme populaire celtique – septième partie

back to home pdf share

(Retour à la sixième partie)

 

Druides et cromlechs

Rudolf Steiner a fait un voyage en Angleterre dans les années 1920 et a visité les anciens lieux de mystère des Druides. Avec son don de clairvoyance, il a observé les qualités des prêtres druides dans un passé lointain à Ilkley et Anglesey. Ces qualités sont décrites dans Initiation Science and Star Wisdom [1].

Voici une brève description de ses observations :

« La sagesse druidique était essentiellement une mémoire inconsciente de tout ce que la terre avait avant que le soleil et la lune ne se séparent d'elle. C'est ce que l'initiation des prêtres druides avait à voir avec cela : c'était une initiation solaire et elle apportait avec elle la sagesse lunaire.

Les druides étaient les chefs de leur peuple ou de leur tribu, tant en religion qu'en médecine. Ils étaient tout en un.

Ils percevaient dans leur dolmen fermé les pouvoirs spirituels du soleil, et étaient ainsi les continuateurs des grands mystères hiberniens de l'antiquité. Dans ces espaces sombres du dolmen, dont la partie supérieure est recouverte d'une pierre de couverture, il était possible pour le prêtre entraîné de percevoir l'essence spirituelle de la lumière solaire. Le prêtre druide, debout devant l'autel, s'occupait des qualités intérieures du soleil et ainsi la sagesse, qui était une force de la nature, coulait en lui.

Nous devons toujours garder à l'esprit que nous décrivons une période où rien n'était écrit. Cela s'est produit plus tard avec la culture d'Odin qui a apporté l'écriture runique. Ils ne prenaient pas un livre pour obtenir des connaissances, mais lisaient dans le cosmos. Les druides lisaient ce que la lumière du soleil faisait aux cromlechs afin d'apprendre les secrets de l'univers. Ainsi, ils pouvaient dire aux fermiers quand récolter et quand semer. Ces impulsions étaient bien plus fortes que les expériences sensorielles de l'homme moderne.

Le druide, debout dans les cromlechs, ne recevait pas de connaissances abstraites, mais faisait l'expérience de ce qui palpitait dans son sang, de ce qui le traversait intérieurement. Ce travail dans sa constitution physique avait en même temps un aspect spirituel, et ce mouvement intérieur était sa connaissance. C'est ainsi qu'il obtint son initiation solaire et qu'il acquit la capacité de comprendre les forces lunaires laissées par la séparation de la lune. Et parce que, d'une part, il a pu apprendre à connaître intérieurement l'activité solaire, il lui est également apparu clairement comment d'autres qualités du cosmos, par exemple les activités lunaires, se déversent dans ces activités solaires. Le soleil fait germer et pousser la plante, et il est limité en cela par la lune, qui retient ces forces de germination. Après tout, la lune reflète la lumière du soleil. Elle a un effet de limitation dans la plante, car elle envoie les forces de germination vers le haut, ce qui entraîne la croissance de la plante et la formation de la tige, de la feuille, de la fleur et du fruit.

Le jour, et au plus fort de l'été, le prêtre druide faisait l'expérience de ce que le soleil lui révélait, mais la nuit, il faisait l'expérience des forces de la lune qui travaillaient sous lui dans les racines des plantes.

Cela ne lui donnait pas une connaissance abstraite, mais il faisait l'expérience des forces de la nature dans toute la vivacité de leurs œuvres entrelacées. Il voyait ces forces comme des êtres élémentaires qui croissaient dans les pierres, les plantes et les arbres. Lorsque ces forces étaient retenues par les dieux dans les limites bienfaisantes de la racine, de la fleur et de la feuille, une végétation normale se développait.

Cependant, ces êtres élémentaires pouvaient également atteindre des dimensions gigantesques et sont appelés « Jötuns » dans la mythologie nordique. Ces êtres élémentaires ne s'arrêtaient pas à la plante : ils aspiraient à devenir des géants, des géants du gel, par exemple, qui finissaient par répandre une expression dévastatrice sur la terre sous la forme d'un gel glacial dévastateur. Les forces racinaires qui découlaient d'une existence bénéfique dans la plante se transformaient finalement en une gelée destructrice.

Même ce qui se trouvait dans la croissance des feuilles pouvait se transformer en gigantesques tempêtes de brume qui finissaient par se transformer en feu destructeur. Ainsi, le modeste pouvoir de floraison d'une plante se transformait en un feu tout à fait brûlant. On pouvait alors parler des produits de l'adversaire des dieux.

Dans les processus météorologiques, on voyait donc les forces gigantesques des êtres élémentaires de l'eau et de l'air sous la forme de givre et de rosée bouillonnants. Par son initiation solaire, le prêtre druide lisait dans ces processus ce qu'il pouvait obtenir du cosmos, et sous l'impulsion de cette initiation, les connaissances qu'il pouvait obtenir de la science lunaire. Tout cela était clairement lié au religieux et au social. Le meilleur exemple en est la manière dont les druides traitaient la science médicale. Ils observaient ce qui arrivait aux plantes lorsqu'elles étaient confrontées aux géants du gel, aux géants de la tempête et aux géants du feu, et essayaient de reproduire ces processus d'une certaine manière. Ils cuisaient, gelaient ou brûlaient leurs plantes, imitant ce qui se passait dans la nature en général. En utilisant leurs pouvoirs lunaires, ils pouvaient maintenir les forces destructrices des « Jötuns », ces géants de la tempête, du gel et du feu, dans certaines limites. C'est à partir de là qu'ils ont développé leurs médicaments et leurs herbes médicinales, qui étaient basés sur la réconciliation des géants avec les dieux. Tous les remèdes de l'époque avaient le pouvoir de réconcilier les dieux et les géants : dans ces remèdes, les forces géantes étaient contenues pour se soumettre à la puissance solaire. »

Toutes ces choses peuvent nous sembler très étranges, mais nous devons garder à l'esprit qu'à l'époque où ces choses se sont produites, il n'y avait aucune trace d'intellect. Cette civilisation s'étendait sur de grandes parties du nord et du centre de l'Europe il y a environ trois mille à trois mille cinq cents ans. À l'époque, rien n'avait été écrit et il n'y avait que l'écriture cosmique qui pouvait être lue par les prêtres. Puis, plus tard, s'y est répandu un mystère qui venait de la région de la mer Noire et qui, dans la mythologie norvégienne, est désigné sous le nom d'Odin.

La culture d'Odin est une culture mercurienne, elle a apporté quelque chose de nouveau en plus du caractère solaire et lunaire d'alors, à savoir une impulsion intellectuelle. C'est pourquoi on dit que Woden ou Odin est l'auteur de l'écriture runique ; il a apporté un art du déchiffrement que l'homme a pu créer pour lui-même pour la première fois de manière primitive et intellectualisée. À partir de ce moment-là, tout a reçu l'impulsion dite d'Odin qui a été un précurseur de la civilisation intellectuelle ultérieure.

Or, les prêtres de la culture du soleil et de la lune n'étaient pas favorables à cette évolution, qu'ils considéraient comme une maladie. Une personne atteinte de l'impulsion d'Odin se renfermait sur elle-même et commençait à broyer du noir. Les druides ne pensaient pas qu'il fallait s'enfermer, il fallait vivre ensemble dans la nature ! Ils considéraient les personnes qui faisaient des signes, les runes, comme des malades qui devaient être soignés.

C'est ainsi que la culture de Woden ou d'Odin n'a pas été comprise.

Balder était le fils d'Odin et aussi la personnification de l'intellectualité qui était un tout nouvel élan. Les Druides voulaient guérir Balder, mais n'avaient aucun remède à sa « maladie ». Les druides pensaient que cette intellectualité ne pouvait mener qu'à une seule chose, à savoir la mort. Nous voyons en Balder, le dieu qui ne pouvait pas ressusciter d'entre les morts, le précurseur du futur Christ qui a ressuscité d'entre les morts. En effet, le Christ est descendu sur terre directement depuis la sphère solaire, et Balder, l'être de Mercure, n'était que le reflet du Christ personnifié en tant que lumière solaire.

Le prêtre druide a donc cherché ses idées sur le religieux et le social dans les sombres cromlechs qui lui ont donné son savoir. Il transforma les géants destructeurs du monde extérieur en médecine. Les pouvoirs qui sont des poisons à grande échelle, deviennent des remèdes bénéfiques lorsqu'ils sont appliqués à petite dose et au bon endroit.

C'est ainsi que les druides, à travers l'initiation solaire, ont pratiqué la sagesse primordiale laissée par les êtres lunaires lorsqu'ils étaient encore sur terre. Lorsque nous parlons de l'humanité d'il y a des milliers d'années, nous devons être conscients qu'une conscience complètement différente était alors à portée de main, sinon ce qui précède n'est pas une véritable esquisse de la situation.

L'homme d'avant le XIVe siècle avait une constitution très différente. L'état d'éveil ne se déroulait pas selon les schémas que nous connaissons aujourd'hui, c'est-à-dire selon la cohérence logique des événements qui se succèdent. De nos jours, notre conscience peut être divisée en : veille, rêve et sommeil, et avait son précurseur dans les derniers temps de la Grèce.

Les qualités météorologiques, que nous appelons aujourd'hui phénomènes naturels, avaient une signification très différente pour l'homme antique. Ces lois étaient considérées comme des forces élémentaires dotées d'une caractéristique essentielle. Aux confins des arbres et des plantes, on voyait des géants en expansion, des êtres spirituels qui régnaient sur le vent et le temps, sur la grêle et la tempête. L'ensemble de la nature était un grand tout vivant. Nous pouvons lire ces histoires sur les Jötuns, les géants du gel, de la pluie et du vent, dans les mythes nordiques.

D'une certaine manière, l'homme était également enfermé en lui-même, mais pas comme nous le savons aujourd'hui. Les gens voyaient des images à l'extérieur d'eux-mêmes, mais pas non plus de la manière dont nous voyons aujourd'hui les montagnes, par exemple. L'homme se sentait proche des géants du gel, du vent et de la pluie, qu'il voyait comme des esprits des racines et des fleurs. Il ne faisait qu'un avec eux et, parce qu'il s'y sentait tellement lié, il ne s'en séparait pas dans sa vie intérieure.

Dans cette ancienne conscience, il y avait encore plus de choses qui se distinguaient. Ils ne voyaient pas seulement dans ces images leur existence dans le présent, mais aussi leur vie pré-terrestre. De même que nous voyons maintenant tout dans une perspective spatiale, ils voyaient leur existence dans une perspective temporelle ; non pas comme dans un souvenir, mais comme une vue en vue. Il a vu qu'avant sa naissance, il vivait dans un monde spirituel, après quoi il est descendu sur terre dans un corps matériel. Plus tard, l'expérience naturelle du monde extérieur s'y exprimait de plus en plus. À cette époque, il savait encore qu'il était né de l'esprit, mais il voyait aussi les phénomènes purement matériels de la nature, tels que les fleurs, les montagnes, les vallées et les rivières. Il sentait que sa forme humaine était née de l'esprit, mais qu'il était descendu dans un monde qui n'avait rien à voir avec le spirituel : il le vivait comme un ostracisme de ce monde spirituel. Il a ressenti qu'il était tombé du monde divin et qu'il avait été placé dans une nature où sa quintessence humaine n'avait pas sa place.

Il en résulte un sentiment de culpabilité, de péché. C'est ainsi qu'est né chez cette personne son sentiment de culpabilité, sa chute dans le péché. Ce n'était rien d'autre qu'un changement de conscience, mais il ne l'a pas compris. Dans les anciennes cultures indiennes, ce sont les sages maîtres du monde, les prêtres qui avaient subi une initiation, qui apportaient le réconfort à l'homme, qui parlaient comme un baume aux cœurs.

Ils savaient que le grand Esprit du Soleil se préparait à s'incarner sur la Terre. Il y a des milliers d'années, le corps humain n'était pas aussi endurci par le travail des forces intellectuelles qu'il ne l'est aujourd'hui. Les âmes, à force de patience et de pratique, pouvaient s'ouvrir comme un calice dans lequel le monde divin pouvait se déverser. Elles pouvaient lire la venue du Christ à partir des changements dans le monde de l'éther, lorsqu'il déversait son esprit de vie dans le monde de l'éther. Ils appelaient le Christ, Righ nan Dul, le Roi des Éléments.

 

(Vers la huitième partie)

Références : 

[1] Rudolf Steiner, Initiationswissenschaft und Sternenerkenntnis, [La science de l'initiation et la sagesse des étoiles] GA 228 (1923), (English: rsarchive.org)

[2] Rudolf Steiner: Die Tempellegende und die goldene Legende [La légende du temple et la légende d'or], GA 93 (1904), (English: rsarchive.org)

 

 

back to home pdf share